Yves Jégo, candidat à la présidence de l'UDI

le
0
Yves Jégo, candidat à la présidence de l'UDI
Yves Jégo, candidat à la présidence de l'UDI

À la veille de l'élection, dimanche, du nouveau président du Parti radical, qui départagera Rama Yade et Laurent Hénart, Yves Jégo prend ses concurrents de vitesse en annonçant sa candidature à la présidence de l'UDI en tandem avec la sénatrice Chantal Jouanno. Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 13 juillet et l'élection est prévue en octobre. Le départ de Jean-Louis Borloo a laissé vacant le fauteuil de chef de cette famille centriste à laquelle il avait tenté de redonner un peu de souffle et d'unité. Présider l'UDI est évidemment une rampe de lancement pour 2017 puisque les centristes entendent bien avoir un candidat et ne plus se contenter de faire de la figuration à la traîne de l'UMP. Après avoir assuré l'intérim de la formation centriste depuis le début de l'année, Jégo place sa candidature sous le signe de la collégialité pour, dit-il, en finir avec les querelles de chapelles et personnelles, ce qui disqualifie à ses yeux ses deux autres principaux concurrents potentiels, Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin. Le député-maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin, était jusqu'à présent le seul à s'être porté candidat.

Qu'est-ce qui vous décide à candidater en tandem avec Chantal Jouanno à la succession de Jean-Louis Borloo ?

YVES JÉGO. La situation du pays est devenue en quelques semaines très inquiétante. Le PS, selon M. Valls, peut mourir de son incompétence à régler les problèmes tandis que l'UMP peut mourir de ses inconséquences liées aux affaires. L'UDI est désormais la seule alternative républicaine crédible face au FN. Si je m'engage, étant redevenu simple militant, c'est pour une UDI forte et unie, capable de redonner un espoir aux Français. Avec Chantal Jouanno, nous formons une équipe déterminée pour bâtir un grand parti progressiste accueillant tous ceux qui veulent mettre fin à l'expérience socialiste.

D'autres candidatures vont se manifester. En quoi différez-vous sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant