Yvan Colonna change de stratégie

le
0
Le berger corse a parlé de sa cavale et affirmé avoir des informations à divulguer.

Dire, ou ne pas dire? Au troisième jour, le procès d'Yvan Colonna s'est enflammé, comme une broussaille qui n'attendait que l'allumette.

Le berger corse, qui répond de l'assassinat du préfet Érignac, est invité par le président Stephan à se présenter. Comme il a déjà comparu deux fois, l'épreuve tient de l'exercice de style à la Queneau. La jeunesse à Cargèse, l'amour forcené de l'île, l'exil forcé à Nice en 1975 pour suivre des parents professeurs d'éducation physique, le retour en 1982, la bravoure du jeune maître-nageur, les chèvres, tout cela est archiconnu. M. Colonna, cependant, se prête de bonne grâce à ce jeu impudique exigeant du box qu'il se mette à nu.

Épousailles à Fresnes

Il raconte comment il est tombé amoureux, en prison, d'une jeune femme croisée durant sa longue cavale - «à l'époque, je n'avais pas la tête à ça»... Les épousailles à Fresnes, Yvan Colonna les évoque aussi, et il affirme: «Ce n'est pas un plan com', contrai

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant