Yuan : les députés américains veulent sanctionner la Chine

le
0
Les promesses chinoises n'ont pas convaincu les élus démocrates et républicains de la Chambre.

Une majorité de députés démocrates et républicains devait adopter ce mercredi une loi autorisant des sanctions commerciales contre la Chine, accusée de sous-évaluer délibérément sa monnaie. C'est le signal le plus fort, à ce jour, reflétant la frustration du Congrès devant le refus de Pékin de laisser s'apprécier le yuan de manière significative, conformément aux forces du marché.

Les promesses, réitérées ce mercredi par la banque centrale chinoise, «d'améliorer davantage le mécanisme de formation du taux de change du yuan» ne sont plus prises au sérieux par des élus américains. Depuis la mi-juin, le yuan s'est apprécié de moins de 2%. À l'époque, les autorités chinoises avaient donné le sentiment à l'Administration Obama qu'elles iraient plus vite pour laisser grimper leur devise. Selon les experts américains, la sous-évaluation du yuan se situe dans une fourchette allant de 25 à 40%.

En pleine campagne électorale, face à leurs électeurs convaincus que la Chine inonde de manière déloyale des produits subventionnés, les députés américains frappent du poing sur la table.

Lobby des entreprises

Ils passent outre les objections des lobbies de grandes entreprises et des exportateurs agricoles. Ces derniers redoutent que d'éventuelles ripostes de la Chine frappent leurs produits. Pour autant, le vote de ce mercredi reste sans conséquence immédiate. Le texte ne pourrait entrer en vigueur que si le Sénat l'adoptait dans les mêmes termes. Cela ne semble pas possible avant la mi-novembre. Il faudrait ensuite que Barack Obama signe cette législation. Or, le président n'a pas pris position sur cette proposition de loi, même s'il juge le yuan «sous-évalué».

Son Administration a travaillé avec les responsables de la Chambre pour s'assurer que ses dispositions de la loi étaient conformes aux règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Pour l'instant, le Trésor américain a refusé de mettre la Chine sur la liste de pays qui «manipulent leur monnaie».

Le texte soumis au vote du Congrès ne prévoit pas l'imposition de sanctions automatiques à la Chine. Il dote en revanche le département du Commerce d'un nouvel argument pour justifier l'application éventuelle de droits de douane sur des importations en provenance de tout pays dont la monnaie est «fondamentalement sous-évaluée» et de manière persistante.

LIRE AUSSI :

» Yuan sous-évalué : Geithner hausse le ton contre Pékin

» Le bras de fer autour du yuan se poursuit

» Pékin réévalue légèrement le yuan

» La Chine rejette les pressions étrangères sur le yuan

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux