YouTube, nouveau tremplin des musiciens connectés... et photogéniques

le
0
YouTube, nouveau tremplin des musiciens connectés... et photogéniques
YouTube, nouveau tremplin des musiciens connectés... et photogéniques

Après le réseau social MySpace, c'est désormais via YouTube que les musiciens tentent de se faire connaître sur internet, en misant le plus souvent sur l'image au détriment du son, ingrédient-clé du succès fulgurant des Psy et autres Justin Bieber.Pendant des années, le Sud-Coréen Park Jae-sang, alias Psy, 35 ans, a joué la starlette dans son pays, enchaînant les disques et les tubes. Sur son 6e album, à la piste numéro 3, on trouve un morceau intitulé... "Gangnam Style". Ce n'est qu'après la diffusion d'une vidéo de ce titre sur YouTube à l'été 2012, montrant une chorégraphie entraînante et loufoque, que Psy est devenu une superstar internationale.En six mois, ce clip est devenu le premier à dépasser le milliard de vues."Cela fait tomber les frontières: les gens aux Etats-Unis ont accès à ce que fait Psy en Corée", souligne Vivien Lewit, directrice des partenariats musicaux chez YouTube.Psy a ensuite tout misé sur YouTube, à coup de savants effets d'annonce, pour la sortie de son dernier titre, "Gentleman", qui a pour l'instant enregistré 275 millions de visionnages.Le site racheté par Google est une véritable "cash machine". Vivant essentiellement de ses recettes publicitaires, il les partage avec les artistes les plus en vue.S'il ne donne pas de chiffres, des estimations indiquent que Psy aurait gagné au moins huit millions de dollars en capitalisant sur ce seul "Gangnam Style".Et le décompte des visionnages est le Graal suprême des annonceurs, à défaut d'être un gage de qualité."Des milliers de créateurs individuels gagnent plus de 100.000 dollars par an", affirme Vivien Lewit. "Ils gagnent de l'argent à chaque fois qu'un fan télécharge" leur vidéo.Autre phénomène: le Canadien Justin Bieber, qui avait explosé des records d'audience avant de se faire dépasser par Psy. Son clip vidéo "Baby", largement fondé lui aussi sur la...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant