YouTube lance en France son application pour enfants

le
0
YouTube lance en France son application pour enfants
YouTube lance en France son application pour enfants

YouTube a lancé en France son application dédiée aux enfants, YouTube Kids, qui filtre les vidéos et permet aux parents de contrôler la consommation de leurs enfants.Lancée en février 2015 aux Etats-Unis puis dans 24 autres pays, l'application gratuite puise dans le catalogue de dessins animés, émissions, chansons et vidéos éducatives diffusées par la filiale de Google. Elle est destinée aux mobiles et tablettes Android et iOS."Il y avait une certaine crainte de la part des parents à laisser leurs enfants sur la plateforme principale, qui par le jeu des recommandations peut devenir assez incertaine", a indiqué à l'AFP Gregory Dray, responsable pour l'Europe des contenus familiaux et jeunesse de YouTube.En lançant cette application, l'enfant choisit parmi une centaine de vidéos recommandées par YouTube ou effectue sa propre recherche dans le catalogue pour enfants. S'il n'est pas encore en âge d'écrire, il peut le faire par commande vocale. Certains mots sont bloqués et ne donnent aucun résultat, comme "arme" ou "violence".Les enfants sont de grands utilisateurs de la plateforme, notamment sur tablette, et des épisodes de La Pat'patrouille et T'choupi se placent régulièrement parmi les vidéos les plus regardées, selon YouTube.L'application permet aux parents de définir une tranche d'âge pour les programmes qui seront proposés, et de programmer un compte à rebours qui fermera l'application après un temps donné. Ils devraient bientôt pouvoir effectuer eux-mêmes une sélection de vidéos pour leurs enfants, mais aussi retrouver une liste des vidéos qu'ils ont regardées.Pour un diffuseur comme France Télévisions, qui a déjà 70 chaînes jeunesse sur YouTube, cette plateforme est une opportunité supplémentaire de développer ses programmes pour enfants, du dessin animé "Petit ours brun" à l'émission scientifique "C'est pas sorcier". "On a envie que les enfants puissent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant