Youssoupha : "Si j'étais footballeur, j'aimerais bien avoir un nom allemand"

le
0
Youssoupha : "Si j'étais footballeur, j'aimerais bien avoir un nom allemand"
Youssoupha : "Si j'étais footballeur, j'aimerais bien avoir un nom allemand"

NGRDTD, le quatrième album de Youssoupha, sera disponible lundi dans tous les bacs de France. L'occasion pour le MC au cheveu sur la langue de partager son amour pour Marcelo Bielsa, Steven Gerrard, Eden Hazard, Marco Verratti et le foot allemand. Entre autres.

Tu supportes Marseille et Liverpool. Dure fin de saison... Je suis un sentimental du football. Il y a eu des matchs clés ratés pour les deux équipes. Le Classique pour Marseille, qui pouvait rendre la fin de saison hyper excitante en cas de succès. Bon, on connaît le résultat, hein Et Liverpool perd le match contre Arsenal et se retrouve distancé. Du coup, ça me ronge tellement que je préfère ne plus regarder. J'ai décroché. J'ai plus "le bandant ". Et ça, c'est relou ! Du coup, c'est une saison en demi-teinte, pour moi. J'ai trouvé, mine de rien, qu'il y a eu quelques beaux matchs en Ligue 1. Je voulais que Lyon soit champion, mais vu les dernières sorties d'Aulas... Mon amour pour Lyon dépend du baromètre Aulas. La Premier League, c'était pas non plus fou. Liverpool, c'était poussif. En revanche, Coutinho... Coutinho, c'est l'une de mes révélations, il est vraiment bien. Et puis, il y a Steven qui s'en va...
Il te fait mal, ce départ ? Avec lui, c'est une partie de ma vie de passionné de foot qui s'en va. Je ne sais pas comment je vais réagir. À la base, je n'ai aucune attache avec Liverpool, mais j'aime vraiment ces clubs de légende, qui ont du caractère, une histoire. De l'épaisseur, quoi. Et Steven Gerrard m'a fait aimer sa génération du début des années 2000, avec Owen qui était la grande star du moment. Quand Gerrard arrive dans cette équipe, il joue ailier, avec le numéro 17. J'étais juste fou de lui. Surtout qu'au début, il prend des cartons à foison, c'est un fouteur de merde. Du coup, je me suis pris de passion pour lui et pour toutes les épopées avec Houllier, Benítez et maintenant Brendan (Rodgers). Ma passion pour le foot anglais, c'est à travers Steven Gerrard que je la vis. C'est grâce à lui que je m'intéresse à Liverpool. Pour une certaine histoire du foot anglais, pour cette ville. C'est con à quel point un joueur peut te faire accéder à beaucoup de choses. Il s'en va, mais dans mon cœur, il est éternel.
Qu'est-ce que tu penses de la saison de Liverpool ? On a perdu notre point fort, l'attaque. Sterling, Sturridge et Suárez, c'était trop. Et notre point faible reste la défense. Après, il y a un truc tout pourri à Liverpool, une façon de procéder à laquelle je ne crois absolument pas : quand tu vends un crack, tu ne le remplaces…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant