Youness Bengelloun : " Dès qu'on quitte la France, on n'existe plus "

le
0

Avec 9 pays visités dans sa carrière, Youness Bengelloun présente déjà à 32 ans un beau parcours, et pourrait ajouter Troyes à sa liste, pour encadrer la CFA. Entretien globe-trotter, de l'UNFP FC à l'Indian Super League.

Tu as intégré cet été l'UNFP FC, avec d'autres joueurs sans contrat. Comment ça s'est déroulé ? J'avais déjà effectué le stage à deux reprises, en 2007 et 2013. Désormais, l'encadrement est encore plus professionnel. Il y a toujours eu un entraîneur diplômé et expérimenté qui encadre les stagiaires. Mais aujourd'hui, il y a un adjoint, un préparateur physique. Le staff médical s'est étoffé, avec un kiné-ostéopathe, un masseur C'est très bien organisé. Avant, on ne faisait pas de tests médicaux les premiers jours. Maintenant, on va à Clairefontaine. On est aussi partis à Malte. On a les mêmes habitudes qu'au sein d'un club pro. C'est mieux que de s'entraîner tout seul à la maison. Je le conseille à d'autres joueurs.
Vous êtes tous dans la même situation, sans emploi : les joueurs sont-ils touchés mentalement ? Ou est-ce que ça soude le groupe ? Au début, on sent un peu de pudeur et de honte chez les jeunes. Les premiers jours, ils se posent beaucoup de questions. Ils sont même inquiets et tristes. Mais comme moi, je l'ai connu à l'âge de 24 ans, c'est à nous, les joueurs expérimentés, d'expliquer aux plus jeunes qu'il y a des bas dans le foot. Les discours des éducateurs, je pense à René Charrier (vice-président de l'UNFP), sont très positifs. Ça rassure. Les gens apprennent à se connaître, et puis le stage se déroule dans de très bonnes conditions. Tout le monde est content lorsque quelqu'un retrouve un club. Ça crée une dynamique positive. Les gens parlent de " chômeurs du football ", mais l'UNFP insiste sur le fait qu'on est simplement en fin de contrat. On ne va pas se plaindre ! Pour moi, on est juste en stand-by, en fait.
La semaine dernière, tu as pu réaliser un essai à l'ESTAC. Est-ce que ça a été concluant ? C'est en cours, même si rien n'est signé, ça devrait se faire. En fait, à Troyes, on m'a proposé d'encadrer la CFA. En ce moment, je m'entraîne avec le groupe de Ligue 1, mais ce sera pour jouer en réserve aux côtés des jeunes. À 32 ans, comme j'ai beaucoup bourlingué durant ma carrière, c'est quelque chose qui m'intéresse, même si les gens ne le comprennent pas trop Quand je dis encadrer, c'est sur le terrain. De plus en plus de clubs font ça :…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant