Yoann Court : " Je veux que Puel comprenne qu'il s'est trompé en ne me faisant pas signer pro "

le
0
Yoann Court : " Je veux que Puel comprenne qu'il s'est trompé en ne me faisant pas signer pro "
Yoann Court : " Je veux que Puel comprenne qu'il s'est trompé en ne me faisant pas signer pro "

Non, Yoann Court n'est pas dépendant à l'héroïne, simplement un joueur de football qui poursuit sa carrière à Troyes malgré un diabète de type 1. D'où le rituel de la piqûre. Trois ans et demi après le déclenchement de sa maladie, il va affronter son club formateur, Lyon, dans un match de Ligue 1.

La montée en Ligue 1 avec Troyes la saison passée, c'est le moment le plus fort de ta carrière pour le moment ? Oui, même s'il y a aussi la signature de mon premier contrat pro avec Sedan en 2010, c'était un moment important déjà. Mais monter en Ligue 1 avec Troyes, c'était toucher à l'un de mes rêves de footballeur. C'est le moment que je retiens comme le meilleur de ma carrière jusqu'à présent. Sur la fin de saison, on gagnait les matchs à la dernière minute, sans prendre de but, je me disais : " Ça y est, c'est sûr, on va monter. " À chaque fois, je sentais que cela se rapprochait, la victoire à Dijon a été un déclic pour moi, j'ai réalisé qu'on allait le faire.
Quand la montée a été validée, as-tu pensé au fait que tu allais jouer contre Lyon ? Franchement, sur le coup, je n'y ai pas pensé, car je voulais profiter de l'instant, c'est tellement rare de vivre ça dans une vie de footballeur. C'est sûr qu'en début de saison, j'y ai pensé. Jouer contre Lyon, c'est important pour moi, car c'est grâce à ce club que je suis professionnel, ils m'ont bien formé, j'ai appris beaucoup à Lyon. Bien sûr, j'ai un peu de haine par rapport au fait de ne pas avoir signé là-bas, car j'aurais aimé rester à Lyon.
À Lyon, où tu as été formé, Claude Puel te jugeait trop irrégulier pour te donner un contrat pro. Quel regard portes-tu sur ce premier tournant dans ta carrière ? J'avais fait un bon début de saison 2009-2010 avec la réserve, puis de janvier à mars, j'ai eu un passage à vide. C'est à partir de là que mon cas a divisé : certains voulaient que je passe pro, Claude Puel, lui, n'était pas d'accord. Je l'ai encore en travers de la gorge, quand on a joué contre Nice, j'étais motivé pour lui montrer qu'il s'est trompé. En revanche, je n'en veux pas à Lyon, car c'est le club qui m'a formé.
Tu as une rancune envers l'homme Claude Puel mais pas l'institution Olympique lyonnais ? C'est ça. Il m'avait dit que j'avais fait une bonne saison, on m'avait plus ou moins laissé entendre que j'avais fait le nécessaire, que c'était plus la tendance à signer que ne pas signer... C'est Claude Puel qui a pris la décision finale, et aujourd'hui, je veux qu'il comprenne qu'il s'est trompé.
[DIV…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant