Yepes, l'amour dure 40 ans

le
0
Yepes, l'amour dure 40 ans
Yepes, l'amour dure 40 ans

Encore avec son lacet dans les cheveux, et toujours en taclant. Encore avec son brassard au biceps, et toujours aussi beau. Voilà maintenant quarante printemps que Mario Yepes chante l'amour et la violence. Et ces dans ces moments-là qu'on se rend compte que toutes les bonnes choses ne devraient jamais avoir de fin. Portrait du plus français des latin lovers, fraîchement retraité.

Mario Yepes a passé sa carrière à défier les cotes. Quand l'adage raconte qu'un bon défenseur reste debout, Super Mario est souvent fourré au sol, car maître du tacle glissé. Lui qui ne correspondait pas aux canons techniques du FC Nantes en est pourtant ressorti comme l'un des trois meilleurs défenseurs centraux que le club ligérien ait connu, avant de devenir, un temps, le plus gros salaire de Ligue 1, en signant au PSG pour 250 000 euros mensuels. Et ensuite de donner à sa carrière ce que tout footballeur sud-américain recherche : des années de Calcio. Après avoir passé la barre des quarante printemps le 13 janvier dernier, le Christ colombien a annoncé la fin du game dans une interview pour Olé doublée d'une conférence de presse dans son fief de Cali, il y a une semaine tout pile : "C'est un jour très important pour ma carrière, j'annonce mon retrait du football et j'ai organisé cette conférence de presse pour tous vous remercier. Je remercie Dieu pour cette carrière complète. Je remercie aussi ma famille, mes dirigeants, les entraîneurs des équipes où j'ai joué parce que chacun d'eux m'a donné des enseignements pour ma vie. Je dis également merci à la sélection colombienne, aux Colombiens en général, car je me suis toujours senti soutenu et c'est très émouvant de dire au revoir à tout ce que j'ai fait pendant vingt ans. J'ai dit que mon plan était de terminer en Colombie sous les couleurs du Deportivo Cali, malheureusement ça n'a pas été possible. Ce n'est pas à cause de moi que ça ne s'est pas fait et c'est aussi pour ça que je tiens cette conférence de presse ici à Cali…" Là où tout a commencé.

Coup de foudre

Yepes a su provoquer la chance. Fin 2001, Robert Budzynski, directeur sportif du FC Nantes, part en Argentine pour superviser un avant-centre "dont je tairai le nom, mais il a signé au Real Madrid ensuite", dixit le Bud. Et finalement, Mario tape dans l'œil de l'expert nantais. "D'un côté, il nous filait un peu la trouille tellement il paraissait moqueur dans ses courses avant de tacler, mais en même temps, il était tellement nickel.…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant