Yémen : violents combats à Aden, la Croix-Rouge réclame une trêve

le
0
Yémen : violents combats à Aden, la Croix-Rouge réclame une trêve
Yémen : violents combats à Aden, la Croix-Rouge réclame une trêve

Les rebelles chiites au Yémen, liés à l'Iran, se sont emparés dimanche du siège de l'administration provinciale à Aden, deuxième ville du pays, dont ils cherchent à s'emparer d'Aden. Ils avaient pris jeudi le palais présidentiel de la ville, avant de s'en retirer vendredi à l'aube à la suite de raids aériens de la coalition arabe menée par l''Arabie saoudite. Les combattants Houthis et leurs alliés, des militaires fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, «ont progressé dans la nuit à Al-Moalla», quartier du centre d'Aden, indique un responsable local, ajoutant qu'ils «ont pris vers 3 heures locale (2 heures du matin en France) le siège de l'administration provinciale, dont le bureau du gouverneur».

Dans leur progression, les rebelles et leurs alliés ont bombardé des zones résidentielles, mettant le feu à plusieurs habitations et endommageant d'autres, ont indiqué des témoins. Des habitants ont lancé des appels au secours et réclamé un arrêt de ces bombardements, qui ont poussé des dizaines de familles à fuir leurs maisons. Ces témoins ont fait état de morts et de blessés. La coalition arabe a justement lancé son opération, le 26 mars, pour empêcher les rebelles chiites Houthis de s'emparer d'Aden après avoir pris la capitale Sanaa et des régions du nord et du centre du pays.

Dimanche matin, les rebelles se trouvaient à proximité du port d'Al-Moalla, défendu par les «comités populaires», supplétifs de l'armée restés fidèles au président Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite. «Des snipers, qui ont pris position sur les toits des bâtiments de l'administration provinciale, visent des passants et des membres des comités populaires», explique Khaled BaChaea, un combattant pro-Hadi.

VIDEO. Yémen : les combats continuent à Aden, des civils tentent de fuir

L'Iran demande l'aide d'Oman. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a remis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant