Yémen : une trêve de trois jours, à partir de mercredi soir

le
0
Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, le ministre des affaires étrangères britannique, Boris Johnson, et l'envoyé spécial de l'ONU au Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, ont proposé un cessez-le-feu, dimanche 16 octobre à Londres.
Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, le ministre des affaires étrangères britannique, Boris Johnson, et l'envoyé spécial de l'ONU au Yémen, Ismail Ould Cheikh Ahmed, ont proposé un cessez-le-feu, dimanche 16 octobre à Londres.

L’Organisation des nations unies a confirmé l’information, après avoir reçu des engagements de la part de toutes les forces en présence.

Une trêve des combats de 72 heures, renouvelable, va entrer en vigueur mercredi soir au Yémen, a annoncé lundi soir l’envoyé spécial de l’ONU pour le pays, après avoir reçu des engagements de la part de toutes les parties en conflit. L’émissaire de l’ONU, Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, précise dans un communiqué que la trêve entrera en vigueur mercredi à 23 h 59, heure locale, pour une durée initiale de 72 heures, susceptible d’être prolongée.

« L’envoyé spécial accueille la reprise de la cessation des hostilités, qui va épargner au peuple yéménite de nouveaux massacres et permettre l’expansion de la livraison de l’aide humanitaire », annoncent les Nations unies. Le président yéménite Abd-Rabbou Mansour Hadi avait accepté, plus tôt dans la journée, le principe d’un cessez-le-feu de 72 heures reconductible, a annoncé son ministre des Affaires étrangères.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé dimanche un appel à un cessez-le-feu immédiat et sans condition au Yémen, où les affrontements entre Houthis pro-iraniens – qui tiennent Sanaa depuis septembre 2014 –, et forces loyalistes soutenues par l’Arabie saoudite ont fait des milliers de morts.

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant