Yémen : un mort et 25 blessés dans un attentat contre un bus de l'armée

le
0
Yémen : un mort et 25 blessés dans un attentat contre un bus de l'armée
Yémen : un mort et 25 blessés dans un attentat contre un bus de l'armée

La tension ne faiblit pas au Yemen, où Al-Qaïda abrite sa branche la plus redoutable, Aqpa. Ce dimanche matin, un nouvel attentat a fait un mort et vingt-cinq blessés, dont cinq graves, parmi des militaires de l'armée de l'air yéménite. Une bombe a explosé alors qu'un bus les transportait vers une base aérienne proche de l'aéroport de Sanaa, capitale du pays. Aucune revendication n'a pour l'instant été communiquée.

Selon le porte-parole de l'armée de l'air, le colonel Mehdi Al-Aïdarous, «cet acte terroriste vise à déstabiliser le pays et entraver le dialogue national» en cours. Ce dialogue, qui s'achève en principe le 18 septembre, doit aboutir à une nouvelle Constitution et à des élections générales en février 2014, en vertu de l'accord de transition qui a abouti au départ de Ali Abdallah Saleh en février 2012.

Ces deux dernières années, des attentats ont régulièrement visé les officiers yéménites à Sanaa et dans le sud du pays, où le réseau d'Al-Qaïda est particulièrement actif. Début août, le gouvernement a assuré avoir mis en échec un plan du réseau terroriste consistant à s'emparer de villes et d'installations pétrolières. A l'époque, le Yemen a également fait savoir qu'Al-Qaïda comptait prendre en otage des étrangers, en pleine alerte liée à des menaces d'attaques anti-occidentales.

VIDEO. Yemen : attentat contre l'armée de l'air, 1 mort, 25 blessés

Menace d'un attentat qui «changera l'histoire»

Face à des menaces d'attentats qu'Al-Qaïda, les Etats-Unis ont décidé de fermer une vingtaine d'ambassades pour des raisons de sécurité. Ils ont également recommandé à leurs ressortissants d'éviter de voyager. Dans la foulée, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont annoncé la fermeture de leur ambassade au Yémen. La France avait suivi.

Des mesures a priori nécessaires si l'on en croit les propos du président du Yémen, Abd Rabbo Mansour Hadi, qui évoqué vendredi une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant