Yémen-Saleh veut des représailles après le raid de samedi

le
1
    DUBAI, 9 octobre (Reuters) - L'ex-président yéménite Ali 
Abdallah Saleh, qui s'est rallié aux rebelles chiites Houthis, a 
plaidé dimanche pour des représailles militaires à l'encontre de 
l'Arabie saoudite, au lendemain d'un raid meurtrier de la 
coalition mise sur pied par Ryad. 
    Selon des membres du personnel médical cités par les Nations 
Unies, 140 personnes ont été tuées et 525 blessées au cours de 
cette opération, qui a été vivement condamnée par les 
Etats-Unis, un allié clef de l'Arabie saoudite. De source proche 
de la coalition, on nie toute responsabilité.  
    "J'appelle tous les fils de cette nation (...) a faire face 
de toutes leurs forces à cette agression et à se rendre sur les 
fronts", a déclaré Saleh dans un discours retransmis à la 
télévision.  
    "Le ministère de la Défense, le chef d'état-major interarmes 
et le ministère de l'intérieur doivent mettre en place les 
mesures nécessaires pour préparer à la bataille sur les fronts à 
la frontière" saoudienne, a-t-il ajouté.  
    Plusieurs milliers de manifestants se sont rassemblés 
dimanche devant les locaux de l'Onu dans la capitale pour 
réclamer l'ouverture d'une enquête sur ce raid, mené contre un 
bâtiment dans lequel se déroulait une veillée funèbre. 
    La France a également demandé une enquête indépendante. "Ce 
massacre souligne une nouvelle fois l'urgence d'une solution 
politique, afin de mettre un terme à la guerre au Yémen", ajoute 
le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué. 
    Les Etats-Unis ont quant à eux remis en cause leur soutien à 
la coalition sous commandement saoudien.  
 
 (Mohammed Ghobari, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a un mois

    La Saoudie s'en prend au Yemen!! Elle va se ramasser une bran lée!