Yémen : Saleh a transmis son pouvoir à Mansour Hadi

le
0
Pour la première fois en un an de révoltes arabes, un raïs déchu cède solennellement les rênes de son pays à son successeur.

La scène est inédite depuis le début du Printemps arabe: lundi, dans le palais présidentiel de Sanaa, le président sortant, Ali Abdallah Saleh, a officiellement cédé le pouvoir, qu'il a exercé pendant 33 ans, à son successeur, Abd Rabbo Mansour Haddi, largement élu mardi, lors d'une élection où il était le seul candidat.

Après un an de violentes manifestations, qui ont coûté la vie à plus de 300 personnes, le Yémen devient ainsi le quatrième état arabe à voir son principal dirigeant acculé à la sortie, mais le premier de manière négociée. Saleh ne connaîtra ni l'infamie de la prison comme Hosni Moubarak en Égypte, ni l'humiliation d'un départ forcé comme Ben Ali en Tunisie, ni à fortiori une exécution sommaire comme Mouammar Kadhafi en Libye.

«Je mets la bannière de la révolution, de la liberté, de la sécurité et de la stabilité entre des mains sûres», a déclaré Saleh, en s'adressant à son successeur à la fin de la cérémonie retransmise par

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant