Yémen : quatre religieuses de la congrégation de mère Teresa assassinées

le
1
Yémen : quatre religieuses de la congrégation de mère Teresa assassinées
Yémen : quatre religieuses de la congrégation de mère Teresa assassinées

Quatre religieuses de l'ordre des missionnaires de la Charité, la congrégation fondée par mère Teresa, ont été assassinées tuées vendredi dans l'attaque d'un foyer pour personnes âgées et handicapées à Aden, dans le sud du Yémen Au total, au moins 16 personnes ont péri dans cette attaque.

Il s'agit de deux Rwandaises, d'une Kényane et d'une Indienne.

Vendredi matin à 8h30 heure locale (10h30 à Paris), «des personnes en uniforme ont fait irruption dans le foyer où vivaient les missionnaires de la Charité et ont tué le gardien et tous les salariés qui se sont trouvés sur leur chemin. Puis, ils ont rejoint les sœurs et ont ouvert le feu», a raconté le vicaire apostolique, Mgr Paul Hinder, à l'agence spécialisée AsiaNews.  Au moment de l'attaque, le prêtre qui a disparu «était en train de prier dans la chapelle».

«Rester quoi qu'il arrive»

«Nous savions que la situation était difficile, et que les sœurs couraient un risque», a-t-il commenté. «Mais elles avaient décidé de rester quoi qu'il arrive, parce que cela fait partie de leur spiritualité». Leur supérieure a réussi à se cacher et a eu la vie sauve, a expliqué l'agence Fides citant le vicariat apostolique de l'Arabie méridionale. Le vicariat n'a cependant aucune nouvelle d'un prêtre indien hébergé dans le couvent depuis le saccage et l'incendie de son église

En 1998, trois missionnaires de la Charité avaient été déjà été assassinées dans un foyer pour personnes âgées et handicapées à Hodeida, sur la côte ouest du Yémen. Fondé en 1950 à Calcutta par mère Teresa, prix Nobel de la paix 1979 et que le pape François devrait canoniser cette année, l'ordre des missionnaires de la Charité compte désormais quelque 4.500 religieuses à travers le monde. Elles ont la réputation de ne jamais reculer devant les risques : des sœurs au célèbre sari blanc bordé de bleu sont ainsi restées en Irak ou à Gaza même au plus fort des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bsdm il y a 9 mois

    Des saintes et martyres victimes de la violence et de la folie sanguinaire