Yémen-Parlement réuni malgré l'opposition du président en exil

le
0
    DUBAI, 13 août (Reuters) - Le Parlement yéménite s'est réuni 
samedi pour la première fois depuis le début de la guerre civile 
il y a près de deux ans, décision qui renforce les opposants 
houthis chiites qui occupent le terrain et fragilise le 
gouvernement sunnite en exil soutenu par l'Arabie saoudite. 
    Les Houthis et leurs alliés du Congrès général du peuple 
(CGP), formation politique dirigée par le puissant ex-président 
Ali Abdallah Saleh, contrôlent la capitale Sanaa depuis 
septembre 2014 et ont résisté aux frappes aériennes de la 
coalition arabe menée par l'Arabie saoudite qui pilonne le pays 
depuis mars 2015. 
    Le président en exil Abd-Rabbou Mansour Hadi et son 
gouvernement reconnu par la communauté internationale 
considèrent les opposants chiites comme des putschistes parce 
qu'ils ont pris la capitale par la force en septembre 2014. 
    Dans un communiqué relayé par l'agence publique 
d'information Saba, le président Hadi a qualifié la séance du 
Parlement d'illégale et indiqué que les députés qui y 
assisteraient étaient susceptibles d'être poursuivis en tant que 
criminels. 
    Après l'échec la semaine dernière des négociations de paix 
destinées à mettre fin à la guerre, les Houthis et le CGP ont 
mis en place un conseil de gouvernement pour diriger le pays 
malgré l'opposition des Nations unies et du gouvernement. 
  
 
 (Noah Browning; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant