Yémen-Les USA retirent du personnel de contact d'Arabie saoudite

le
0
    par Phil Stewart 
    WASHINGTON, 20 août (Reuters) - L'armée américaine a retiré 
d'Arabie saoudite son personnel qui travaillait avec la 
coalition de pays arabes sunnites menée par Ryad au Yémen, et a 
fortement réduit ses effectifs qui aidaient à cette 
programmation, ont indiqué des responsables américains à 
Reuters. 
    Il reste un peu moins de cinq militaires américains assignés 
à plein temps à la "cellule de planification combinée" (JCPC), 
contre 45 à l'origine, a déclaré le lieutenant Ian McConnaughey, 
porte-parole de la marine américaine à Bahreïn. Le JCPC a été 
créée l'an dernier pour coordonner le soutien américain, par 
exemple pour les ravitaillements en vol des avions de la 
coalition sunnite ou pour la communication de certains 
renseignement. 
    Ce retrait, qui a eu lieu en juin, a suivi une accalmie dans 
les frappes aériennes au Yémen. Il réduit l'implication des 
Etats-Unis au quotidien en tant que pays conseil d'une campagne 
de plus en plus critiquée pour les victimes civiles qu'elle 
entraîne. 
    Après la divulgation par Reuters de ce retrait, le Pentagone 
a publié un communiqué où il reconnaît que le JCPC, dans sa 
conception d'origine, a été "largement mis sur la touche" et que 
l'assistance qui reste est limitée, malgré la reprise des 
combats cet été. 
    "La coopération que nous offerte à l'Arabie saoudite depuis 
que le conflit est reparti est modeste et n'est pas un chèque en 
blanc", a déclaré Adam Stump, porte-parole du Pentagone, dans un 
communiqué. 
    Le conflit au Yémen a fait plus de 6.500 morts en 16 mois, 
selon certaines estimations, dont un nombre croissant de 
victimes civiles. 
     
    RÉDUIRE LE NOMBRE DE VICTIMES CIVILES 
    Même si nous aidons les Saoudiens en ce qui concerne leur 
intégrité territoriale, cela ne veut pas dire que nous nous 
abstiendrons d'exprimer notre préoccupation au sujet de la 
guerre au Yémen et sur la façon dont elle est menée, a ajouté 
Adam Stump. "Dans nos discussions avec la coalition menée par 
l'Arabie saoudite, nous avons insisté sur la nécessité de 
réduire le nombre de victimes civiles." 
    Le général Ahmed al Asseri, porte-parole de la coalition 
menée par l'Arabie saoudite, s'est refusé à confirmer la 
réduction du personnel militaire, mais a minimisé ce genre de 
décision. 
    "Les relations entre le royaume et les Etats-Unis sont 
stratégiques. Si c'est vrai, cette décision est le reflet de 
quelque chose à un niveau tactique", a déclaré le général Asseri 
à Reuters. "Les Etats-Unis peuvent déplacer leurs agents, mais 
cela n'a pas de conséquence sur la relation bilatérale entre les 
deux pays." 
    Depuis le début de la campagne aérienne en mars 2016, 
l'armée américaine a mené en moyenne deux sorties de 
ravitaillement par jour et fourni des renseignements sur une 
base limitée à la coalition sunnite. Cette aide se poursuit, 
indiquent des responsables. Mais le Pentagone a pris ses 
distances avec les décisions de la coalition concernant les 
cibles à atteindre. 
    "A aucun moment le personnel de l'armée américaine ne donne 
une approbation, directe ou implicite, de la sélection des 
cibles (...)", a déclaré Adam Stump. 
    Selon un rapport de l'Onu sur les enfants dans les conflits 
armés paru en juin, la coalition menée par Ryad a été 
responsable de 60% des morts et des blessés au Yémen l'an 
dernier. 
    Après le bombardement lundi d'un de ses hôpitaux situé dans 
le nord-ouest du Yémen, qui a fait 19 morts, Médecins sans 
Frontières (MSF) s'est dite vendredi "contrainte" d'évacuer ses 
membres de six hôpitaux du nord du Yémen. 
    "Puisqu'il n'est plus possible de faire confiance à la  
coalition pour éviter des attaques meurtrières, MSF estime que 
les hôpitaux situés dans les gouvernorats de Saada et Hadjah 
n'offrent aucune sécurité aux patients et au personnel", indique 
l'ONG dans un communiqué.   
 
 (Avec Yara Bayoumy à Washington, Katie Paul à Ryad et Michelle 
Nichols à New York; Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant