Yémen : les rebelles Houthis prêts à accepter une trêve des combats

le
0
Yémen : les rebelles Houthis prêts à accepter une trêve des combats
Yémen : les rebelles Houthis prêts à accepter une trêve des combats

Les rebelles Houthis se sont dits ce dimanche prêts à répondre «positivement» aux efforts destinés à «mettre fin aux souffrances» de la population yéménite. Une offre de trêve a été formulée, en milieu de semaine, par l'Arabie saoudite, qui mène depuis le 26 mars avec une coalition une campagne aérienne contre les positions des rebelles.

Ryad et les monarchies du Golfe, soutenue politiquement et par une logistique américaine, imposent un blocus maritime et aérien au pays. L'aéroport de Sanaa a d'ailleurs été lourdement visé par des frappes samedi.

Alors que la population souffre de ce conflit qui dure, le bureau politique des rebelles chiites a indiqué «être prêt à réagir positivement à tout effort, appel ou mesure qui aiderait à mettre fin aux souffrances», selon une déclaration lue sur leur chaîne de télévision, al-Massirah. Des militaires alliés aux Houthis ont eux annoncé dimanche matin qu'ils acceptaient la trêve humanitaire programmée pour mardi soir.

Le Yémen empoisonne les relations entre l'Iran et l'Arabie saoudite

Dans leur communiqué, les Houthis, soutenus par l'Iran, ont salué «les efforts des pays fraternels et amis pour mettre fin à l'agression et aux souffrances du peuple yéménite», dans ce qui semble être une référence à la Russie, qui a tenté de pousser un appel à un cessez-le-feu au Conseil de sécurité de l'ONU au début du mois.

Ryad, à la tête d'une coalition qui mène des raids aériens quotidiens afin d'empêcher les rebelles Houthis de conquérir l'ensemble du Yémen, a proposé vendredi une trêve humanitaire de cinq jours renouvelables, fermement soutenue par Washington. Sans les citer, le chef de la diplomatie américaine, John Kerry a «encouragé» l'Iran et la Russie, «pays qui ont le plus d'influence» sur les rebelles à les «pousser» à accepter les termes d'une trêve, assurant que les Etats-Unis seraient en contact avec Moscou et Téhéran à cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant