Yémen-Les pourparlers prolongés malgré une flambée de violence

le
0
 (Actualisé tout du long) 
    LE CAIRE, 31 juillet (Reuters) - Sept soldats saoudiens et 
des dizaines de miliciens chiites houthistes ont été tués ces 
dernières heures dans des combats à la frontière 
yéméno-saoudienne, rapporte dimanche l'agence de presse 
officielle saoudienne SPA.  
    Selon la coalition dirigée par l'Arabie saoudite contre les 
milices chiites, les combattants houthistes épaulés par les 
troupes fidèles à l'ancien président Ali Abdallah Saleh ont 
essayé de forcer la frontière saoudienne samedi dans la région 
de Rabou'a.  
    De violents combats ont suivi et des avions saoudiens sont 
intervenus pour détruire des véhicules des miliciens chiites, 
dont plusieurs dizaines ont été tués. Un officier et six soldats 
saoudiens ont également péri dans les combats, selon SPA.  
    En dépit de cette flambée de violence, les négociations  
destinées à mettre fin au conflit qui sévit depuis seize mois au 
Yémen ont été prolongées d'une semaine, a annoncé l'émissaire 
spécial de l'Onu Ould Cheikh Ahmed.  
    Ould Cheikh Ahmed a critiqué la décision annoncée jeudi par 
les houthistes et les pro-Saleh de mettre en place une 
administration autonome pour gouverner le Yémen.   
    L'émissaire de l'Onu a jugé qu'il s'agissait d'une violation 
de la résolution 2216 du Conseil de sécurité des Nations unies, 
qui enjoint aux Houthis de s'abstenir de toute mesure 
unilatérale susceptible de freiner la transition politique.  
    Protestant apparemment contre cette décision, les délégués 
du gouvernement ont menacé de se retirer des négociations qui 
ont débuté en avril au Koweït sous les auspices de l'Onu.  
    Mais Ould Cheikh Ahmed a proposé samedi aux deux parties que 
les Houthis quittent la capitale Sanaa et les villes de Hodeïdah 
et Taëz en échange de leur intégration dans un nouveau 
gouvernement d'union.  
    Les Houthis ont rejeté cette proposition mais n'en ont pas 
moins accepté de rester au Koweït pour poursuivre les 
pourparlers. "Nous avons signifié à Ould Cheikh (Ahmed) que la 
solution devait être globale et qu'aucun sujet ne devait être 
repoussé", a déclaré la délégation houthiste dans un communiqué. 
    Le conflit yéménite a fait plus de 6.400 morts et plus de 
2,5 millions de déplacés. La trêve proclamée en avril au début 
des pourparlers a réduit l'ampleur des combats mais les 
violences restent quotidiennes.      
 
 (Mohammed Ghobari, Ali Abdelatti; Nicolas Delame et 
Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant