Yémen-Les Houthis se retirent du centre d'Aden

le
0

(Actualisé avec bilan) ADEN, Yémen, 3 avril (Reuters) - Les rebelles houthis et leurs alliés de l'armée yéménite se sont retirés du quartier du Cratère, dans le centre d'Aden, à l'issue d'affrontements avec les forces fidèles au président Abd-Rabbou Mansour Hadi, a-t-on appris vendredi auprès de témoins et des autorités locales. Les miliciens chiites se sont repliés à Khor Maksar, sur l'isthme qui relie la ville du sud du Yémen au continent, après la destruction d'un de leurs chars et la prise d'un deuxième, précisent des habitants. Des combattants locaux disent avoir tué dix Houthis au cours des combats qui ont permis de repousser les miliciens chiites hors du quartier du Cratère. Selon eux, les Houthis ont tué deux médecins et deux patients en ouvrant le feu sur une ambulance qui évacuaient des blessés. Des avions de la coalition sunnite formée par l'Arabie saoudite pour enrayer leur progression avaient auparavant procédé à des largages d'armes destinées aux loyalistes qui défendent le centre d'Aden. D'après ces derniers, des armes légères, du matériel de télécommunications et des grenades RPG ont été parachutés sur le quartier de Tawahi, un secteur situé à l'extrémité occidentale de la péninsule où se trouve le centre historique de la ville. Tawahi est tenu par les combattants fidèles au président Abd-Rabbou Mansour Hadi, dont Aden est le dernier bastion. Le président yéménite, qui s'y était réfugié en février après avoir fui la capitale, Sanaa, a gagné l'Arabie saoudite au premier jour de l'offensive aérienne, le 26 mars. Aucun responsable n'a accepté de dire si des forces spéciales saoudiennes étaient déjà déployées sur le terrain. L'ambassadeur saoudien à Washington, Adel al Joubeir, a dit jeudi que le royaume wahhabite n'avait "formellement" aucune troupe au sol à Aden. De sources gouvernementales américaines, on indiquait jeudi qu'en dépit du déploiement saoudien le long de la frontière, rien ne permet de dire que Riyad prévoit de lancer une offensive au sol dans l'immédiat. La violence des combats a convaincu les Etats-Unis d'évacuer leurs ressortissants, imités par d'autres pays, dont la Chine qui a organisé l'évacuation de 225 ressortissants étrangers. C'est la première fois que les autorités chinoises apportent leur assistance à une évacuation de ressortissants étrangers en pleine crise internationale. ID:nL6N0X0081 La guerre menée contre les Houthis est désormais le conflit le plus important des nombreux autres qui ont lieu au Yémen, déchiré par une rébellion sécessionniste dans le Sud, des soulèvements tribaux et par les attaques des djihadistes d'Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Des combattants soupçonnés d'appartenir à Aqpa ont d'ailleurs attaqué vendredi une base militaire de la ville portuaire de Moukalla, à 550 kilomètres d'Aden, tuant au moins cinq soldats et pillant son arsenal, ont déclaré des habitants. Les assaillants auraient ensuite pillé plusieurs banques et incendié une station de radio. Dans un entretien publié jeudi par un journal Egyptien, l'ancien président Ali Abdallah Saleh a condamné les bombardements saoudiens, qu'il qualifie d'agression injustifiée, et a appelé des Etats arabes, comme l'Egypte, l'Algérie ou Oman à "cesser cette guerre insensée contre le droit des peuples". (Mohammad Mukhashaf à Aden, Mohammed Ghobari et Amena Bakr; Henri-Pierre André, Jean-Philippe Lefief et Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant