Yémen-Les combats se poursuivent, des observateurs désignés

le
0
    par Mohammed Ghobari et Mohammed al Mukhashaf 
    KOWEÏT/ADEN, 23 avril (Reuters) - Des combats ont eu lieu 
samedi dans le sud du Yémen entre les forces du gouvernement 
yéménite et les rebelles d'Al Qaïda tandis que des négociations 
de paix entre le gouvernement et les rebelles houthis se 
poursuivaient au Koweït. 
    Vingt combattants d'Al Qaïda dans la péninsule arabique 
(Aqpa) ont été tués dans les combats, a-t-on appris auprès des 
habitants et de l'armée tandis qu'une frappe de drone en tuait 
deux autres plus au nord. 
    Aqpa a profité du désordre qui règne au Yémen depuis le 
début de la guerre civile il y a un an pour prendre le contrôle 
de territoires dans le sud et l'est du pays. Elle y a créé un 
gouvernement local et mis en place des services. 
    Au Koweït, alors que les négociations reprenaient pour la 
troisième journée, les désaccords ont persisté en ce qui 
concerne l'ordre du jour.  
    Le gouvernement a accusé les rebelles houthis chiites et les 
forces de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh qui les 
soutiennent d'avoir rompu la trêve dans la ville de Taëz, dit-on 
dans l'entourage du président yéménite Abd-Rabbou Mansour Hadi, 
soutenu par l'Arabie saoudite sunnite. 
    Le gouvernement officiel yéménite que veut les Houthis et 
les forces d'Ali Abdallah Saleh libèrent des prisonniers, se 
retirent des villes et remettent leurs armes avant d'aborder les 
discussions. 
    Les Houthis et leurs alliés veulent que les frappes 
aériennes de la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite 
cessent et qu'un gouvernement d'unité nationale soit formé avant 
de discuter désarmement. 
     
    UN PETIT PAS EN AVANT 
    La délégation du gouvernement a déclaré samedi qu'elle ne 
rencontrerait que l'émissaire des Nations unies Ismaïl Ould 
Cheikh Ahmad et qu'elle ne siégerait pas directement avec les 
Houthis, dit-on de source militaire. 
    Toutefois, Ismaïl Ould Cheikh Ahmad a déclaré dans la 
journée que les deux camps avaient accepté de nommer des 
délégués pour superviser le processus de cessez-le-feu, ce qui 
pourrait être considéré comme un petit pas en avant. 
    Les combats de samedi entre Aqpa et le gouvernement soutenu 
par la Résistance populaire, des milices locales, se sont 
déroulés à Al Koud, près de Zindjibar dans le gouvernorat 
d'Abyan. 
    Ces dernières semaines, les forces du président Hadi, 
soutenues par les frappes de la coalition menée par l'Arabie 
saoudite, ont avancé vers Zindjibar, le long de la route côtière 
en provenance d'Aden. 
    Al Koud, situé sur cette route, à 5 km de Zindjibar, est 
considéré comme une place forte d'Aqpa avec la commune de Djaar, 
à une quinzaine de kilomètres au nord. 
    Un groupe d'une dizaines de combattants d'Aqpa a réussi à 
s'échapper et une trentaine ont été blessés et hospitalisés, 
dit-on de source militaire. Deux militaires de l'armée yéménite 
ont également été tués, ajoute-t-on. 
    Par la suite, un attentat suicide contre un poste militaire 
à Al Koud a pu être évité. La voiture piégée qui approchait a 
été détruite, tuant le chauffeur, avant qu'elle n'atteigne les 
sentinelles, dit-on de source militaire. 
    Egalement samedi, une frappe aérienne de drone a tué deux 
hommes soupçonnés de faire partie d'Aqpa au sud de Marib, ont 
indiqué des habitants joints par téléphone. 
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant