Yémen-Le gouvernement suspend ses discussions avec les Houthi

le
0
    KOWEIT, 17 mai (Reuters) - Le gouvernement yéménite a 
suspendu mardi sa participation aux discussions de paix menées 
au Koweït sous l'égide de l'Onu en exigeant que les rebelles 
chiites Houthi se retirent des villes dont ils se sont emparées 
et déposent les armes.  
    Près d'un mois après le début de ces discussions, les 
positions des deux parties restent très éloignées. Outre 
l'évacuation des villes tenues par les rebelles, elles portent 
sur la formation d'un nouveau gouvernement ouvert aux Houthi, 
qui ont chassé l'administration du président Abd-Rabbou Mansour 
Hadi de Sanaa.  
    D'abord exilée en Arabie saoudite, elle s'est réinstallée 
récemment à Aden, mais les miliciens chiites soutenus par l'Iran 
tiennent toujours la capitale.  
    Selon le ministre yéménite des Affaires étrangères, 
Abdel-Malek al Mekhlafi, la délégation gouvernementale a décidé 
de se retirer des discussions lorsque les Houthi l'ont informée 
qu'ils ne reconnaissaient pas la légitimité du président Hadi.  
    "Nous ne reviendrons que lorsqu'ils nous auront adressé une 
lettre pour s'engager à respecter les résolutions de l'Onu, 
l'initiative du (Conseil de coopération du) Golfe et l'issue du 
dialogue (...) La légitimité n'est pas à l'ordre du jour", 
a-t-il déclaré à la presse au Koweït.  
    "S'ils ne prennent pas cet engagement, il n'y a pas de 
raison de poursuivre ces discussions et ils en sont 
responsables", a-t-il ajouté.  
 
 (Mohammed Ghobari, Jean-Philippe Lefief pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant