Yémen-Le gouvernement en exil se retire des négociations

le
0

(Actualisé avec frappe de drone) SANAA, 13 septembre (Reuters) - Le gouvernement yéménite en exil a annoncé dimanche son retrait des pourparlers de paix entamés en juin avec les rebelles houthis sous l'égide de l'Onu. L'administration du président Abd-Rabbou Mansour Hadi a été contrainte de s'exiler à Ryad sous la pression des miliciens chiites soutenus par l'Iran qui tiennent Sanaa depuis un an. La coalition sunnite formée à l'initiative de l'Arabie saoudite qui mène des raids aériens depuis la fin mars contre leurs positions, espère les contraindre à accepter une résolution des Nations unies adoptée en avril qui leur demande de reconnaître la légitimité du président et de se retirer des grandes villes. Le gouvernement "confirme qu'il ne prendra part à aucune réunion tant que la milice putschiste n'aura pas reconnu la résolution 2.216 et accepté sa mise en oeuvre inconditionnelle", indique l'agence de presse officielle Saba sur son site internet. Les pourparlers devaient reprendre la semaine prochaine. ID:nL5N11G4J0 Les négociations de paix en juin n'avaient pu mettre fin au conflit, qui a mis le pays au bord de la famine, fait plus de 4.500 morts et créé un vide qui a profité à Al Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), branche yéménite d'Al Qaïda. Samedi soir, une frappe attribuée à un drone américain a tué cinq membres d'Al Qaïda qui était réunis dans une base militaire des abords de Moukalla, une ville de la côte est, a-t-on appris auprès des services de sécurité. Aqpa contrôle partiellement Moukalla depuis le retrait de l'armée de ce secteur en avril dernier. Un commandant d'Aqpa de niveau intermédiaire, Othman al Sanaani, a été tué dans la frappe, ont indiqué les sources. (Mohamed Ghobari; Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant