Yémen-Le commando US n'a pu surprendre les hommes d'Al Qaïda

le
1

(Actualisé, précisions sur l'opération du 25 novembre) par Jeff Mason et Mohammed Ghobari WASHINGTON/SANAA, 6 décembre (Reuters) - Les militants d'Al Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA) qui ont assassiné dans la nuit de vendredi à samedi au Yémen deux otages que l'armée américaine tentait de libérer ont été avertis de l'approche des forces spéciales, peut-être tout simplement par les aboiements d'un chien. Alors que les soldats américains approchaient du bâtiment où se trouvaient les islamistes et leurs otages, peu après minuit, ils ont été accueillis par une intense fusillade. Selon des détails de l'opération fournis par des responsables américains et yéménites, les deux otages, le journaliste américain Luke Somers, 33 ans, et l'enseignant sud-africain Pierre Korkie, 56 ans, ont été tués par leurs ravisseurs peu après le début du raid dans le district de Wadi Abadan, province de Chaboua, dans le sud du Yémen. ID:nL6N0TQ05I "On ne sait pas comment les islamistes ont su que nos soldats approchaient", a dit un responsable américain qui a requis l'anonymat. L'opération, menée par 40 hommes des forces spéciales, avait débuté vendredi soir dans le petit village de Dafaar, où le commando était arrivé à bord d'appareils CV-22 Osprey, qui peuvent atterrir et décoller verticalement. Une fois au sol, les soldats américains se sont dirigés à pied vers la base de l'AQPA. En approchant, "ils n'ont pu bénéficier de l'effet de surprise" et ont été accueillis par des tirs intenses, a dit le responsable américain, sans pouvoir expliquer ce qui a alerté les djihadistes. "IL FALLAIT FAIRE VITE" "L'ennemi s'est mis à tirer dans tous les sens et nos gars ont riposté." Le commando se trouvait alors à moins de 100 mètres de la base des islamistes. Au cours de l'affrontement, les forces spéciales ont tué une dizaine de personnes, dont quelques civils, selon un responsable des services de sécurité yéménites, mais le Pentagone a dit ne pas être informé de pertes dans la population civile. Un homme d'Al Qaïda a ensuite filé à l'intérieur du bâtiment, d'où il est ressorti par l'arrière. Des coups de feu ont alors éclaté et les autorités américaines pensent que c'est à ce moment que Somers et Korkie ont été abattus. Selon le responsable américain, la fusillade a duré entre cinq et dix minutes et l'opération au total une trentaine de minutes. Tous les militants islamistes ayant été tués ou blessés, le commando américain a pénétré à l'intérieur de la base et a découvert les deux otages portant de nombreuses blessures par balles. Les deux hommes ont été emmenés jusqu'à un Osprey, où ils ont reçu des soins. L'un est mort à bord de l'appareil, l'autre peu après son arrivée sur un navire de l'US Navy. Le feu vert à cette opération, la deuxième en dix jours pour tenter de sauver les otages après une première tentative le 25 novembre, avait été donné vendredi matin par le président Barack Obama. "Il fallait faire vite car Al Qaïda avait annoncé que Luke Somers allait être exécuté dans les soixante-douze heures", a souligné un responsable de l'administration américaine. "Pour nous, il fallait agir samedi." PREMIÈRE TENTATIVE LE 25 NOVEMBRE Somers avait été enlevé à Sanaa, la capitale, en septembre 2013. Le premier raid tenté le 25 novembre dans la province orientale de Hadramout, près de la frontière saoudienne, avait échoué car Somers ne se trouvait plus sur place lorsque les forces spéciales et les soldats yéménites sont arrivés. L'opération avait cependant permis de libérer huit personnes retenues par les islamistes dans une grotte. Selon une source yéménite, sept de ces huit personnes, cinq Yéménites, un Saoudien et un Ethiopien, étaient en fait des membres d'AQPA soupçonnés par leurs camarades de travailler pour le compte du gouvernement de Sanaa. Ils sont aujourd'hui détenus par les forces yéménites. La huitième personne était un informaticien yéménite. Selon les personnes retrouvées dans la grotte, Somers et quatre autres otages avaient été conduits dans un autre endroit onze jours avant le raid du 25 novembre. Pour un responsable américain, ce serait plutôt le 20 ou le 21 novembre. (Avec Phil Stewart à Kaboul, Yara Bayoumy à Bahrein et Mohammed Ghobari à Sanaa; Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fab.varl le dimanche 7 déc 2014 à 02:20

    Faut vraiment qu'ils arrêtent le cinéma ces ricains !l'effet de surprise n'a pas joué !!! ben ouais les mecs sont du genre à se faire une fiesta tout les soirs....