Yémen : la police abat cinq manifestants

le
0
Samedi, les forces de sécurité ont tiré sur des manifestants réclamant la chute du président Ali Abdallah Saleh. L'un d'entre eux était âgé de douze ans. Des centaines d'autres personnes sont blessées.

Cinq personnes ont été tuées et des centaines d'autres blessées samedi au Yémen, lors de tirs des forces de sécurité sur des manifestants réclamant la chute du président Ali Abdallah Saleh.

Les protestataires accusent la police d'avoir utilisé des gaz toxiques. D'après un médecin membre du comité médical mis en place par les organisateurs du sit-in de Sanaa : «Ce sont des gaz toxiques qui paralysent le système nerveux et l'appareil respiratoire et provoquent des évanouissements». Démenti des autorités : «Il s'agit de gaz lacrymogènes».

A Sanaa, la police a lancé son assaut à l'aube contre les manifestants qui campent depuis le 21 février sur la place de l'Université. Des étudiants et écoliers sont descendus dans les rues d'autres villes du pays pour protester contre cette attaque. Plusieurs centaines d'entre eux ont été dispersés à Aden, grande ville du sud, où la police a aussi été accusée d'avoir utilisé des gaz toxiques.

Un jeune manifestant de 12

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant