Yémen-La coalition promet de sévères représailles aux Houthis

le , mis à jour à 22:51
0

RYAD, 7 mai (Reuters) - La coalition sunnite formée par l'Arabie saoudite pour combattre les rebelles chiites houthis au Yémen leur a promis de sévères représailles après des tirs en territoire saoudien, alors que Ryad venait de proposer une trêve humanitaire. "Les Houthis visent désormais les frontières du royaume et le fait est que nous allons défendre nos citoyens", a déclaré à Reuters le général Ahmed Asseri, porte-parole de la coalition, selon lequel 15 personnes ont été blessées jeudi soir à Najrane. Le chef de la milice sera désormais personnellement visé, a-t-il souligné. "Les forces de la coalition vont riposter avec force à compter de maintenant afin que ceux qui ont mené cette opération en payent le prix", avait-il averti un peu plus tôt à la télévision. L'officier a ajouté que tous les moyens étaient envisagés pour faire cesser les tirs mais a refusé de dire si l'intervention au sol qu'il avait évoqué la veille était ou non à l'ordre du jour. Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al Djoubeïr, avait auparavant proposé l'instauration d'une trêve humanitaire de cinq jours, tout en soulignant que son entrée en vigueur dépendrait du bon-vouloir des miliciens houthis et de leurs alliés. Malgré les raids aériens menés depuis le 26 mars, les rebelles chiites soutenus par l'Iran sont sur le point de s'emparer d'Aden, dernier bastion des forces fidèles au président Abd-Rabbou Mansour Hadi, qui a trouvé refuge à Ryad. ADEN SUR LE POINT DE TOMBER Selon les Nations unies, 20 millions de Yéménites, soit 80% de la population, sont menacés par la famine et les organisations humanitaires ne peuvent pratiquement plus travailler en raison des combats. "La pause va concerner la totalité du Yémen pour une période de cinq jours. La date sera annoncée sous peu ainsi que les conditions", a déclaré Adel al Djoubeïr lors d'une conférence de presse conjointe avec le secrétaire d'Etat américain, qui se trouve à Ryad. Saluant cette offre de trêve qu'il appelait de ses voeux, John Kerry a précisé que ni les Etats-Unis, ni l'Arabie saoudite n'envisageaient d'envoyer des troupes au sol au Yémen. Il s'est par ailleurs dit "très, très inquiet" des activités iraniennes au Yémen. Les tirs en territoire saoudien ont donné lieu dans la nuit à de nouveaux raids de représailles à Saada, berceau de la milice chiite, et dans le petit port de Maïdi. La chaîne de télévision Al Massirah, tenue par les Houthis, a diffusé jeudi des images montrant les miliciens chiites dans un quartier stratégique d'Aden et a annoncé la prise du palais présidentiel. Dans une lettre adressée la veille au Conseil de sécurité des Nations unies, les Houthis ont sollicité une intervention terrestre de la communauté internationale pour faire cesser ce qu'ils nomment l'agression saoudienne et les crimes commis aux dépens du peuple yéménite. (Angus McDowall et Omar Fahmy au Caire; Marc Angrand et Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant