Yémen-L'offensive des Houthis les rapproche d'Aden

le
0

ADEN, 24 mars (Reuters) - Des combattants houthis sont entrés dans le port d'Al Moukha et se rapprochent d'Aden, où s'est replié le président yéménite Abd Rabbou Mansour Hadi, a-t-on appris mardi auprès de responsables sécuritaires et d'habitants. Cette avancée les place également à un jet de pierre du détroit de Bab al Mandeb par où transitent de grandes quantités de pétrole. A l'Est, les combattants chiites ont pénétré dans Dhalea, un foyer traditionnel du séparatisme sudiste. Ils y ont affronté des combattants tribaux et des milices sudistes, ont dit des habitants. Ils se sont également emparés de la ville de Kirsh, située près de 100 kilomètres au nord d'Aden et non loin d'une base aérienne, toujours dans les mains des forces fidèles au président Abd Rabbou Mansour Hadi. Dans la province de Taëz, des affrontements ont éclaté entre manifestants anti-houthis et des militaires dans le village de Turba. Les soldats ont ouvert le feu et tué au moins quatre manifestants et blessé plusieurs autres, ont dit des sources hospitalières. Cette nouvelle offensive houthie illustre l'aggravation du conflit au Yémen, déchiré entre sa minorité chiite soutenue par l'Iran qui s'est emparée de Sanaa en septembre, sa majorité sunnite et une insurrection djhadiste menée par Al Qaïda dans la péninsule Arabique (Aqpa). Les voisins du Yémen, des monarchies sunnites, ont condamné la prise du pouvoir par les miliciens chiites qu'elles ont qualifiée de coup d'Etat. Ces pays du Golfe ont annoncé lundi qu'ils prendront les mesures nécessaires pour protéger la région contre "l'agression" des milices chiites houthies au Yémen en l'absence de solution politique. ID:nL6N0WP3XN Le prince Saoud al Faiçal, ministre saoudien des Affaires étrangères, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse à Ryad avec le secrétaire au Foreign Office Philip Hammond, a également souligné que le royaume wahhabite s'opposait à "l'ingérence" de l'Iran au Yémen. En s'emparant d'Al Moukha, les houthis sont désormais à 80 kilomètres au nord de Bab al Mandeb. Des sources sécuritaires expliquent qu'ils pourraient chercher à atteindre une voie de chemin de fer qui relie Al Moukha à Aden, située à 260 kilomètres de là, plutôt qu'à tenter de prendre le contrôle du détroit. Bab al Mandeb, "la porte des larmes" en arabe, relie la mer Méditerranée à l'océan Indien via le canal de Suez. En 2013, 3,4 millions de barils sont passés chaque jour au large du port, selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie. (Mohammed Ghobari et Mohammed Mukhashaf, Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant