Yémen : l'avertissement de l'Iran à l'Arabie saoudite

le , mis à jour à 14:49
3
Yémen : l'avertissement de l'Iran à l'Arabie saoudite
Yémen : l'avertissement de l'Iran à l'Arabie saoudite

La tension monte entre les deux grandes puissances du Moyen-Orient, l'Iran et l'Arabie Saoudite, tout près d'un affrontement frontal au Yémen. Ce mardi, un haut responsable de Téhéran a lancé un avertissement au régime de Riyad, dénonçant les graves conséquences que pourrait avoir «l'attaque saoudienne» au Yémen. «Le feu de la guerre» poussera «toute la région à jouer avec le feu», a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amir-Abdollah à la presse, en marge d'une conférence de pays donateurs pour la Syrie qui se tient au Koweït.

«Nous nous opposons fermement à la solution militaire au Yémen», a encore averti le ministre iranien, qualifiant «l'attaque militaire saoudienne contre le Yémen» d'«erreur stratégique». Selon Hossein Amir-Abdollahian, «la solution doit être politique au Yémen et, pour parvenir à une solution politique, les opérations militaires doivent s'arrêter immédiatement». Il a qualifié «d'agression extérieure» la campagne aérienne actuelle, tout en estimant que Téhéran et Ryad étaient «capables de coopérer et de trouver un compromis au Yémen», tout comme selon lui en Syrie.

Nouveaux raids aériens sur Sanaa

Une coalition arabe conduite par l'Arabie saoudite, royaume à majorité sunnite, a déclenché jeudi dernier des raids aériens au Yémen contre des rebelles chiites pro-iraniens qui contrôlent de vastes régions du pays. Mardi matin, peu avant l'aube, la capitale Sanaa a subi les raids aériens les plus violents depuis le début des bombardements de la coalition. Ces raids d'une extrême violence se sont concentrés sur des positions de la Garde républicaine, corps d'armée resté fidèle à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, aujourd'hui allié aux Houthis.

A Riyad, le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Saoud al-Fayçal, a eu des mots très durs pour les miliciens chiites et l'ex-président Saleh les accusant d'avoir «cherché ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • q2lamrd le mardi 31 mar 2015 à 16:07

    bonne réflexion LeRaleur

  • LeRaleur le mardi 31 mar 2015 à 15:56

    Comme l'Arabie Saoudite ne s'arrêtera pas et idem pour l'Iran. Ce sera une guerre ouverte et le pétrole à 200$, minimum.

  • q2lamrd le mardi 31 mar 2015 à 15:44

    Bibi (le "net à n'y a hou"), se frotte les mains....