Yémen-Il faut décider rapidement, estime l'ambassadeur US

le
0

WASHINGTON, 24 mars (Reuters) - L'ambassadeur des Etats-Unis au Yémen, Matthew Tueller, a estimé lundi que des décisions devaient être prises rapidement pour qu'une solution politique puisse être trouvée dans la crise au Yémen. Le diplomate s'est dit "relativement optimiste" sur la conclusion d'un accord de partage du pouvoir entre les deux groupes qui se combattent au Yémen, pour peu qu'une réunion puisse avoir lieu en dehors du pays et sans l'influence de parties extérieures telles que l'Iran. Le Yémen est dans une situation de plus en plus confuse depuis la prise de la capitale, Sanaa, par les Houthis, des musulmans chiites soutenus par l'Iran, en septembre dernier. Le président, Abd Rabbou Mansour Hadi, a été contraint de se replier le mois dernier sur Aden, le grand port du sud du pays. "Nous reconnaissons que nous devons prendre certaines décisions rapidement", a déclaré Matthew Tueller à Reuters après une réunion de la Chambre de commerce en soulignant l'avancée rapide des milices houthies vers le port d'Aden. "Le dialogue politique ne marchera pas si Hadi est renversé et capturé, et qu'Aden tombe, ce qui pourrait se passer très rapidement", a déclaré l'ambassadeur qui souligne l'importance des forces houthies. Il n'a pas dit comment les Etats-Unis pourraient précisément agir. Samedi, Washington a évacué ses derniers personnels aux Yémen, et notamment 100 membres des forces spéciales, en raison de la détérioration des conditions de sécurité. Lundi, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Saoud al Fayçal, a indiqué que les pays arabes prendraient des mesures nécessaires pour protéger la région conter l'"agression" des Houthis si une solution politique ne pouvait être trouvée. Auparavant, le ministre yéménite des Affaires étrangères, Ryadh Yassine, avait plaidé en faveur d'une intervention militaire des pays du Golfe avec notamment l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne, pour stopper l'avancée houthie. ID:nL6N0WP3XN L'Arabie a bien proposé d'accueillir des négociations de paix entre les différentes parties au conflit, a dit l'ambassadeur américain, mais c'est le 7 avril, a-t-il souligné, c'est-à-dire dans plus de 15 jours. Or, en attendant, la situation se détériore rapidement. (Andrea Shalal; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant