Yémen : deux otages tués lors d'une opération de libération

le
0
Yémen : deux otages tués lors d'une opération de libération
Yémen : deux otages tués lors d'une opération de libération

Deux otages, l'Américain Luke Somers et le Sud-africain Pierre Korkie détenus par Al-Qaida au Yémen, ont été tués samedi lors d'une opération visant à les libérer. «Les forces spéciales américaines ont mené une mission au Yémen afin de libérer un citoyen américain, Luke Somers, et un autre citoyen étranger tenu en captivité avec lui par les terroristes d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Mais M. Somers et un second citoyen non-Américain qui était captif avec lui ont été assassinés par les terroristes de l'Aqpa au cours de cette opération», a déclaré dans un communiqué le secrétaire à la Défense américain Chuck Hagel. 

Le président Obama, qui a dénoncé «un meurtre barbare» a souligné avoir «autorisé cette opération de sauvetage en coopération avec le gouvernement yéménite» alors que des «informations indiquaient que la vie de Luke faisait face à un danger imminent». Luke Somers, un photojournaliste américain de 33 ans avait été enlevé par Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQPA) au Yémen en septembre 2013. Dans une vidéo mise en ligne jeudi, AQPA avait menacé d'exécuter l'otage américain  dans les trois jours si les Etats-Unis ne répondaient pas aux exigences du groupe. Le réseau ne détaillait pas ces revendications mais selon lui, Washington les «connaissait».

Violents accrochages armés

L'autre otage, Pierre Korkie, un enseignant sud-africain, était retenu depuis mai 2013. Il avait été enlevé en même temps que son épouse Yolande. Cette dernière avait été libérée le 10 janvier 2014. «Yolande et sa famille sont psychologiquement et émotionnellement d'autant plus anéantis qu'ils savaient que Pierre allait être libéré par Al-Qaïda demain» dimanche, a affirmé l'ONG Gift of Givers. Ses ravisseurs réclamaient le versement d'une rançon de 3 millions de dollars mais avaient récemment envisagé de réduire leur prétention. L'ONG négociait par l'intermédiaire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant