Yémen-Confusion sur la présence de forces spéciales à Aden

le , mis à jour à 17:17
0

(Actualisé, le porte-parole revient sur ses déclarations) ADEN, 3 mai (Reuters) - Les combattants qui affrontent les miliciens chiites houthis autour de l'aéroport d'Aden sont des Yéménites et non des membres des forces spéciales de la coalition formée par l'Arabie saoudite, a déclaré dimanche Ali al Ahmadi, porte-parole de la Résistance populaire du Sud, mouvement favorable au président yéménite en exil Abd-Rabbou Mansour Hadi. Il avait auparavant affirmé qu'une quarantaine de soldats des forces spéciales de la coalition étaient arrivés dans le grand port du sud du Yémen pour se joindre aux combats contre les miliciens chiites. La coalition a pour sa part démenti le lancement d'une offensive terrestre à Aden. Le général saoudien Ahmed Asseri a affirmé qu'il n'y avait pas de combattants étrangers engagés contre les Houthis dans la ville mais que la coalition continuait d'appuyer la résistance locale. Le quotidien yéménite Aden al Ghad avait lui aussi annoncé que des troupes au sol arabes étaient arrivées à Aden et avaient commencé à combattre les rebelles chiites. Selon l'Aden al Ghad, qui citait ses reporters sur place, "un premier contingent de troupes au sol arabes est arrivé dimanche matin à Aden et a commencé à prendre part à la bataille". Le quotidien est lié aux séparatistes qui demandent la restauration du Yémen du Sud, fusionné en 1990 avec le Yémen du Nord. La coalition formée pour rétablir au pouvoir le président Hadi, et qui mène depuis le 26 mars des frappes aériennes contre les miliciens houthis et leurs alliés, comprend neuf pays arabes. Elle reçoit un soutien logistique des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Entre le début des frappes aériennes et le 24 avril, les combats ont fait un millier de morts, dont 551 civils, ont annoncé les Nations unies. Selon l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW), la coalition a probablement utilisé des bombes à fragmentation fournies par les Etats-Unis, un type d'armes interdit par la plupart des pays. Dans la nuit de samedi à dimanche, ses avions ont bombardé la base militaire d'Al Doulaïmi à Sanaa, la capitale tenue par les rebelles. Dans le nord de la ville, ils ont également visé un camp des soldats restés fidèles à l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, qui se sont alliés aux Houthis. A Aden, les combats se poursuivent dans les quartiers de Moualla et de Khor Maksar, dans le centre, près du port de commerce, ainsi que dans le nord de la ville, près de l'aéroport et d'un camp militaire. (Mohammed Mukhashaf à Aden, avec Angus McDowall et William Maclean, Marc Angrand et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant