Yémen - Ali Abdallah Saleh : le revanchisme du raïs

le
0
L'ancien président Ali Abdallah Saleh, 72 ans, joue un rôle-clé en coulisses dans l'offensive militaire lancée contre son successeur par la milice chiite des houthis.
L'ancien président Ali Abdallah Saleh, 72 ans, joue un rôle-clé en coulisses dans l'offensive militaire lancée contre son successeur par la milice chiite des houthis.

Il attend son heure. Depuis sa villa située dans le centre de Sanaa et placée sous bonne garde, l'ancien président Ali Abdallah Saleh, 72 ans, assiste en silence au chaos qui gagne progressivement tout son pays. Quatre ans après sa démission forcée, il voit les milices chiites houthis, vaguement cousines du Hezbollah libanais, s'emparer du palais présidentiel puis fondre sur Aden, la grande ville du Sud.Jusque-là, l'affaire n'est pas pour lui déplaire : ceux qui l'ont chassé à la faveur du soulèvement populaire de 2011 se retrouvent à leur tour évincés. Un putsch qui pourrait lui permettre de revenir au premier plan. Car l'ancien raïs agit en sous-main auprès des nouveaux maîtres de Sanaa. Il tire profit de son formidable réseau tissé parmi les tribus au cours de ses 33 années de présidence. Des fidélités acquises à coup de valises de dollars et de 4x4 flambant neuf. Il conserve aussi des liens avec l'ancienne hiérarchie militaire. Son demi-frère commandait les forces aériennes et son fils avait la haute main sur la Garde républicaine avant d'être limogé par le nouveau pouvoir. Et puis Saleh sait cultiver son image. En témoignent ses portraits toujours placardés dans les rues de la capitale. Autre indice : si les leaders houthis conspuent l'Occident et l'actuelle classe politique "corrompue", ils se gardent bien d'incriminer Saleh. D'autant que ce dernier appartient au même courant religieux chiite zaïdite."Le petit caporal"Un vrai...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant