Yellen - la Fed est prête pour une hausse des taux

le
0
 (Actualisé avec des précisions) 
    par Jason Lange et David Lawder 
    WASHINGTON, 14 février (Reuters) - La Réserve fédérale devra 
sans doute relever les taux d'intérêt lors d'une de ses réunions 
de politique monétaire à venir, a déclaré mardi sa présidente, 
Janet Yellen, tout en soulignant l'importance des incertitudes 
qui entourent la future politique économique du nouveau 
gouvernement américain. 
    Repousser un resserrement monétaire pourrait mettre la Fed 
en décalage vis-à-vis de la situation économique et déboucher 
par la suite sur des hausses des taux accélérées, au risque de 
provoquer une récession, a-t-elle expliqué. 
    "Il ne serait pas judicieux d'attendre trop longtemps avant 
de dénouer l'accommodation", explique Yellen, dans un discours 
qu'elle devait prononcer devant la commission bancaire du Sénat, 
en rappelant le fait que l'institut d'émission voit le marché du 
travail se renforcer encore et l'inflation remonter vers 2%. 
    "Lors de nos réunions à venir, le comité (de politique 
monétaire) examinera si l'emploi et l'inflation continuent 
d'évoluer conformément à ces anticipations, auquel cas un nouvel 
ajustement du taux des Fed funds sera sans doute approprié". 
    Yellen ne dit pas si la situation économique justifie 
toujours trois hausses des taux cette année, comme elle l'avait 
signalé en décembre. Elle ne dit rien non plus qui permette de 
laisser penser que la prochaine hausse des taux aura lieu lors 
de la prochaine réunion de politique monétaire, en mars, ou lors 
de la suivante, en juin, hypothèse pour l'instant favorisée par 
la plupart des économistes. 
    La présidente de la Fed prend en tout cas en compte 
l'arrivée à la Maison Blanche d'un nouveau président en 
déclarant que "tout changement dans la politique budgétaire ou 
dans toute autre politique à incidence économique peut en 
puissance affecter les perspectives économiques". 
    Mais elle ajoute: "On ne peut pas savoir encore quels seront 
ces changement et quelles en seront les suites économiques". 
    Le président Donald Trump n'a pas fait mystère de son 
intention de déréglementer le secteur financier mais il n'a pas 
été plus précis; quant aux promesses fiscales, on en ignore 
encore l'ampleur. Une éventuelle taxe à l'importation et une 
politique des grands travaux pourraient quoi qu'il en soit avoir 
pour effet d'augmenter l'inflation. 
    Cette dernière reste inférieure à l'objectif de 2% de la Fed 
depuis plusieurs années.  
     
 
 (Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc 
Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant