Yellen (Fed) veut garder le cap malgré les risques

le , mis à jour à 19:34
0
    * Yellen garde sa foi en l'économie américaine 
    * Un resserrement graduel reste à l'agenda 
    * Les marchés guère surpris par des propos prudents 
 
 (actualisé avec précisions, citations supplémentaires) 
    par Howard Schneider et Lindsay Dunsmuir 
    WASHINGTON, 10 février (Reuters) - L'économie des Etats-Unis 
devrait conserver une croissance modérée malgré l'accroissement 
des risques pour permettre à la Réserve féderale de continuer à 
resserrer graduellement sa politique monétaire, a déclaré 
mercredi la présidente de la banque centrale américaine. 
    Janet Yellen a pointé le resserrement des conditions 
financières résultant de la chute des marchés actions, les 
incertitudes concernant la Chine et la réévaluation du risque de 
crédit comme des risques pour la première économie du monde mais 
elle a fait part, malgré un environnement troublé, d'un 
optimisme relatif. 
    Il est peu probable que le comité de politique monétaire de 
la Fed (FOMC), qui a relevé ses taux pour la première fois 
depuis près de 10 ans en décembre, ait à envisager de les 
baisser dans un avenir proche mais il ferait le nécessaire pour 
atteindre les objectifs de la banque centrale en cas de besoin, 
a-t-elle dit. 
    "Je ne m'attends pas à ce que le FOMC se trouve 
prochainement dans une situation où il serait nécessaire de 
réduire les taux", a-t-elle dit lors d'une intervention devant 
la commission des services financiers de la Chambre des 
représentants, en évoquant entre autres la bonne santé du marché 
du travail.  
    La perspective de taux négatifs est une hypothèse de travail 
mais pas l'option privilégiée, a ajouté la présidente de la Fed, 
très prudente dans ses propos dans un contexte de grande 
volatilité sur les marchés financiers.  
    Janet Yellen reconnaît les risques que font peser le 
ralentissement global provoqué par la panne de la croissance 
chinoise et la chute des cours des ressources de base sur les 
conditions financières aux Etats-Unis. 
    "Ces développements, s'ils persistent, pourraient peser sur 
les perspectives de l'activité économique et sur le marché du 
travail", a-t-elle dit. 
    La présidente de la Fed a notamment souligné les 
incertitudes résultant de la nouvelle orientation de la 
politique chinoise en matière de changes et désigné le 
ralentissement de l'économie chinoise comme l'une des 
principales causes de la volatilité qui règne sur les marchés. 
    "Si un ou plusieurs de ces risques baissiers devaient se 
matérialiser, l'activité à l'étranger et la demande pour les 
exportations américaines pourraient s'affaiblir et les marchés 
financiers pourraient se tendre davantage", a-t-elle dit. 
     
    LE DÉBAT SUR LA HAUSSE DES TAUX RESTE OUVERT 
    Pour la présidente de la Fed, la croissance américaine 
devrait cependant se maintenir. 
    Les revenus et les dépenses des ménages continuent d'avancer 
et les investissements des entreprises, hors secteur pétrolier, 
ont accéléré au second semestre 2015, a-t-elle fait valoir. 
    "Les gains en cours sur l'emploi et une accélération de la 
croissance des salaires devraient soutenir la croissance des 
revenus réels et ainsi la dépense des ménages", a-t-elle dit. 
    La Fed "espère qu'avec des ajustements graduels de sa 
politique monétaire, l'activité économique croîtra à un rythme 
modéré dans les années à venir et les indicateurs du marché du 
travail continueront de se renforcer"", a-t-elle ajouté. 
    Lorsqu'elle a relevé ses taux d'intérêt en décembre, la Fed 
a défini comme objectif quatre nouvelles hausses cette année.  
    Les investisseurs doutent que la banque centrale puisse 
tenir ce rythme, en raison du faible niveau de l'inflation et 
des risques cités par Janet Yellen. 
    "Il n'y a pas eu de surprise majeure" dans les propos de la 
présidente de la Fed, analyse Vassili Serebriakov, responsable 
de la stratégie de changes pour BNP Paribas à New York. "Elle a 
reconnu les tensions présentes sur les marchés sans lancer de 
signal d'alarme majeur". 
    La dernière sortie de la présidente de la Fed laisse 
entièrement ouvert le débat sur le calendrier des nouvelles 
hausses de taux, qui anime les marchés depuis le début de 
l'année. 
    "Yellen semble garder confiance concernant les perspectives 
de l'économie américaine et s'attend toujours à relever les 
taux", dit Joe Manimbo, analyste de marché chez Western Union 
Business Solutions.  
    Le dollar a progressé, notamment face à l'euro, après les 
propos de Janet Yellen, auxquels les marchés actions ont réagi 
avec modération. L'indice Dow Jones  .DJI  gagne 0,37% vers 
17h45 GMT à Wall Street. 
     
    Pour des EXTRAITS de l'intervention de Yellen:   
     
 
 (Howard Schneider et Lindsay Dunsmuir; Patrick Vignal pour le 
service français, édité par Véronique Tison) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant