Yellen (Fed) se veut prudente à cause du Brexit et de l'emploi

le , mis à jour à 19:16
0
 (Actualisé avec nouvelles citations, réactions des marchés) 
    par Howard Schneider et Jason Lange 
    WASHINGTON, 21 juin (Reuters) - Les risques à 
l'international et le ralentissement du marché de l'emploi aux 
Etats-Unis justifient une approche prudente du relèvement des 
taux d'intérêt en attendant la confirmation que la reprise 
économique américaine reste en bonne voie, a déclaré mardi Janet 
Yellen, la présidente de la Réserve fédérale. 
    Intervenant devant la commission bancaire du Sénat, elle a 
expliqué que la banque centrale avait été prise de court 
quelques semaines après son premier relèvement de taux, en 
décembre, par le ralentissement de la croissance américaine et 
l'évolution du contexte international, avec notamment les 
inquiétudes sur l'économie chinoise et la baisse des cours du 
pétrole.  
    Certaines de ces hypothèques ne sont pas encore levées, a 
dit Janet Yellen, dont les propos ne laissent pas augurer d'un 
besoin urgent de relever à nouveau les taux.  
    Avant de resserrer de nouveau la politique monétaire, 
a-t-elle expliqué, la Fed doit être certaine que la croissance 
de l'économie américaine et les créations d'emploi ont rebondi 
et qu'aucun choc ne résulte de l'issue du référendum sur le 
maintien du Royaume-Uni au sein de l'Union européenne. 
    "Le rythme d'amélioration du marché du travail semble avoir 
ralenti plus récemment, suggérant que notre approche prudente 
(...) reste appropriée", a déclaré la présidente de la Fed. 
    Interrogée par un sénateur sur le risque de voir un vote 
britannique pour la sortie de l'Union européenne provoquer une 
récession aux Etats-Unis, elle a répondu: "Je ne pense pas que 
ce soit le scénario le plus probable mais nous ne savons pas 
réellement ce qui se passera et il nous faudra étudier très 
attentivement la situation." 
     
    "PERTE DE DYNAMISME" DE L'ÉCONOMIE 
    Dans un contexte de faiblesse de la croissance économique 
mondiale et de la productivité aux Etats-Unis et marqué par 
d'autres facteurs qui maintiennent les taux d'intérêt à un bas 
niveau sur la durée, le taux de référence de la Fed pour le 
marché de l'argent au jour le jour restera vraisemblablement bas 
"pendant un certain temps." 
    Les projections actuelles des responsables monétaires de la 
Fed tablent sur deux relèvements de taux directeurs cette année 
puis trois en 2017 et trois à nouveau en 2018, un rythme moins 
soutenu qu'anticipé en mars.  
    Le rythme des créations d'emploi a nettement ralenti à 
80.000 environ en moyenne en avril et en mai contre 200.000 par 
mois au premier trimestre, une évolution que le rapport de 
politique monétaire remis aux membres de la commission qualifie 
de possible "perte de dynamisme." 
    "Elle se répète. Le message de fond, c'est que la tendance 
continue d'évoluer vers une attitude plus prudente de la Fed 
pour soutenir la phase actuelle d'expansion économique dans un 
contexte de fragilité de l'économie", a commenté Robert Tipp, 
responsable de la stratégie d'investissement de Prudential Fixed 
Income. 
    Les rendements des emprunts d'Etat américains ont légèrement 
fléchi et Wall Street a réduit ses gains après les déclarations 
de Janet Yellen. Les futures de taux reflètent une probabilité 
implicite de 12% d'une hausse de taux lors de la prochaine 
réunion de politique monétaire, fin juillet, sans grand 
changement par rapport à lundi.  
     
 
 (Marc Joanny et Marc Angrand pour le service français, édité 
par Wilfrid Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant