Yasser Arafat : questions sur une mort suspecte

le
0
Malade, Yasser Arafat dit adieu à son peuple avant de rejoindre l'hôpital militaire français de Percy.
Malade, Yasser Arafat dit adieu à son peuple avant de rejoindre l'hôpital militaire français de Percy.

Neuf ans après la mort de Yasser Arafat, de nombreuses zones d'ombre perdurent autour des circonstances de son décès. Le rapport du laboratoire suisse, rendu public par la chaîne qatarie Al Jazeera, sur une soixantaine d'échantillons prélevés sur la dépouille du raïs - exhumée en novembre 2012 - semble pourtant confirmer la thèse d'un empoisonnement au polonium 210. Les conclusions de l'équipe suisse du Centre hospitalier universitaire vaudois à Lausanne attestent de la présence d'un taux de polonium 18 fois plus élevé que la moyenne dans son organisme. Cet élément chimique ne présente aucun danger quand il est hors de l'organisme. En revanche, "une dose de 0,1 microgramme serait fatale si elle était ingérée dans de la nourriture ou un liquide", explique-t-on sur Al Jazeera. Un obscur poison qui en 2006 aurait été responsable de la mort foudroyante de l'ex-agent du KGB Alexandre Litvinenko.

Arafat meurt à ParisLe 12 octobre 2004, retranché à Ramallah dans la Mouqata'a (siège de l'Autorité palestinienne), encerclé depuis des mois par l'armée israélienne, Yasser Arafat, 75 ans, est soudain pris de violentes douleurs après son dîner. S'ensuivent deux semaines de souffrance que les médecins du vieux raïs ne peuvent expliquer. Autorisé par Ariel Sharon, Premier ministre israélien de l'époque, à quitter le territoire, Yasser Arafat est admis à l'hôpital militaire de Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine). Incapables d'établir un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant