Yannick Noah : " On a un très bon groupe de joueurs français "

le
0
Yannick Noah : " On a un très bon groupe de joueurs français "
Yannick Noah : " On a un très bon groupe de joueurs français "

Yannick, pensez-vous que les joueurs français peuvent aller loin à Roland-Garros ?On a un très bon groupe de joueurs français, une belle génération avec quatre joueurs dans les 20 premiers mondiaux (quatrième Français, Gilles Simon est en fait 30eme, ndlr). Suivant les tournois, suivant leur état de forme, ils peuvent créer la surprise ou pas. Il se trouve que pour ce tournoi, ce sera un peu particulier parce que la plupart reviennent de blessure, d'autres sont à court de compétition. Donc pour faire des projections et savoir s'ils iront jusqu'au bout, c'est très difficile. Il y a un potentiel certain. Après il faut avoir de la chance, avoir un bon tableau.

Certains pourront peut-être profiter du fait qu'aucune grande star n'ait écrasé les autres sur terre battue... Oui je pense qu'il y a 128 joueurs qui pensent la même chose. N'importe quel joueur non classé ou même qualifié peut créer la surprise. Il y aura des surprises cette année c'est sûr. Qui ? Je ne sais pas, mais il y en aura.

Quel joueur à la façon de jouer qui se rapproche la plus de la votre ?Aucun. Ma façon de jouer était totalement différente de ce qui se fait aujourd'hui. Je passais ma vie au filet alors que maintenant on ne monte plus au filet, donc je ne me retrouve dans aucun joueur aujourd'hui.

« Ma famille, c'est le tennis »

Est-ce que Roland-Garros sera un test pour Richard Gasquet, encore affaibli par sa blessure au dos ? Le rendez-vous d'un Grand Chelem est un test. Il y en aura encore un autre quelques semaines après à Wimbledon puis encore un autre quelques mois après à l'US Open. Le but c'est d'essayer d'arriver prêt pour le rendez-vous. Après, tu donnes tout ce que tu as. Si tu es blessé, tu es blessé, tu ne peux rien y faire. Cette préparation est différente. Il va essayer de faire le maximum pour aller le plus loin possible en comptant sur un bon tirage pour qu'il puisse rentrer dans le tournoi, voir s'il tient le coup physiquement. S'il n'y a pas de bobos. Richard est obligé d'être à 100% physiquement s'il veut aller loin mais à un moment quand le corps ne veut pas, il ne veut pas.

Certains vous associent plus au tennis qu'à la chanson et pour d'autres, c'est l'inverse. Êtes-vous plus tennisman ou chanteur ? J'ai été joueur professionnel de tennis pendant 12 ans et j'ai commencé à vendre mes premiers disques il y a 22 ans. Donc je fais plus de musique que de tennis. Ce qui est incroyable c'est que je me sens toujours sportif. Ma famille, c'est le tennis. Mes potes, ce sont les Guy Forget, Bahrami, Lecomte.

Vous n'avez jamais eu envie d'entraîner ?Non, entraîner ce n'est vraiment pas mon truc. Conseiller, accompagner oui. Je n'ai jamais été entraîneur. Quand j'étais capitaine de Coupe Davis, j'avais un entraîneur, je m'appuyais sur lui. J'étais plus sur l'aspect mental et psychologique. Pour tout ce qui était technique j'étais très mauvais.

Concernant la Coupe du Monde de football, trouvez-vous que l'équipe de France ait changé ?Ce qui ne change pas, ce sont les critiques. Il y a tout le temps des critiques. Est-ce qu'on mérite de gagner dans une atmosphère pareille ? Je ne sais pas. Ce sont des jeunes qui rêvent de jouer au foot. Ils vont vivre leur rêve d'aller à la Coupe du Monde. Mais il y a une pression extérieure énorme. Ils vont faire de leur mieux. Ce sont des bons joueurs. Vu qu'ils sont bons dans leurs clubs, ils vont sûrement trouver une osmose. Il y aura sûrement un déclic à un moment donné. Il est temps de poser les armes et de les encourager.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant