Yannick Bru n'a pas pensé démissionner

le
0
Yannick Bru n'a pas pensé démissionner
Yannick Bru n'a pas pensé démissionner

Invité des " Spécialistes Rugby " sur Canal Plus jeudi, Yannick Bru est revenu sur la Coupe du monde ratée par le XV de France. L'entraîneur des avants, reconduit dans le staff de Guy Novès, évoque " le plus gros échec " de sa carrière.

On ne l’avait plus entendu depuis le fiasco de la Coupe du monde conclu sur une terrible déroute contre la Nouvelle-Zélande (62-13) en quarts de finale sur la pelouse du Millennium Stadium de Cardiff le 17 octobre dernier. Pour l’une des plus grandes désillusions de l’histoire du rugby français et un énorme échec pour le staff de Philippe Saint-André. Présent lors de la première conférence de presse de Guy Novès le 13 novembre dernier à Marcoussis, Yannick Bru n’avait pas non plus pris la parole. Seul le nouveau patron des Bleus s’était exprimé. Jeudi, celui qui a conservé son poste d’entraîneur des avants tricolores a répondu longuement aux questions de nos confrères de Canal Plus dans le cadre de l’émission « Les Spécialistes Rugby ». L’occasion évidemment d’évoquer sa déception après une telle raclée contre les futurs champions du monde.

« (La défaite contre les Blacks) Elle m’a hanté, a reconnu Bru. L’ampleur du score a eu des résonnances importantes. J’ai beaucoup réfléchi à ce match, beaucoup médité sur ce constat d’échec. Elle m’a plongé dans une déception énorme avec un sentiment de honte peut-être à certain moment. Mais surtout elle m’a donné une force terrible pour me projeter vers l’avenir. J’ai gardé le programme de ce match et chaque fois que je travaillerai à l’avenir j’aurai une pensée pour ce match et sur l’immense frustration que j’ai connue. C’est le plus gros échec que j’ai connu de ma carrière de joueur ou d’entraineur avec un score d’une telle ampleur. L’ampleur de la déception se suffisait à elle-même pour générer une remise en question et je n’ai pas eu trop besoin des critiques extérieures pour me situer. »

Bru évasif sur le cas Dusautoir

Face aux Blacks, mais aussi lors des matchs précédents notamment contre l’Irlande, le pack français avait souffert. Et certains se sont du coup étonnés de voir Yannick Bru ne pas prendre ses responsabilités en quittant son poste. Mais l’ancien Toulousain, lui, n’entend pas baisser les bras. « Démissionner non. Ce n’est pas dans ma nature de baisser les bras devant l’adversité. J’avais pris des engagements avec une nouvelle équipe (ndlr : le nouveau staff des Bleus). Je crois en cette génération de joueurs à qui on a mis le pied à l’étrier au niveau international qui va conforter son expérience dans l’avenir et qui je pense sera très compétitive en 2019, même si le chemin ne sera pas simple évidemment et je ne suis pas dans l’optimisme béat car je connais trop le niveau international maintenant. Mais pour toute cette génération et l’engagement que j’avais pris je me devais de continuer l’aventure. » Avec quelques joueurs concrètement ? Il est encore un peu tôt pour le dire. Et avec quel capitaine ?

Beaucoup d’interrogations entourent le cas de Thierry Dusautoir que Guy Novès et Yannick Bru connaissent parfaitement. Le troisième ligne (34 ans, 80 sélections) avait indiqué ne pas avoir pris de décision ces dernières semaines. « Thierry Dusautoir a été un immense capitaine de l’équipe de France, a simplement répondu Bru à ce sujet. Il a été le joueur qu’il fallait à ce poste-là. Il a bénéficié d’énormément de soutien à l’intérieur du groupe et son rôle a été crucial durant toute cette Coupe du monde. » Avant de conclure, Bru s’est voulu optimiste quant à l’avenir des Bleus. « La majorité des joueurs qui ont disputé le Mondial 2015 seront encore éligibles pour les quatre années à venir, ce qui n’était pas le cas en 2011 et ce qui suscite beaucoup d’espoir et de raisons d’y croire puisque le chantier est beaucoup moins important qu’il ne l’était début 2012. »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant