Yannick Bolloré : «Havas n'a jamais gagné autant de budgets»

le
0
Yannick Bolloré : «Havas n'a jamais gagné autant de budgets»
Yannick Bolloré : «Havas n'a jamais gagné autant de budgets»

A 34 ans, Yannick Bolloré dirige un des plus grands groupes de communication mondiaux. Nommé à la tête d'Havas il y a moins d'un an, le fils cadet de Vincent Bolloré n'a pas à rougir de son premier bilan. La croissance est au rendez-vous tant l'an passé qu'au premier trimestre 2014. Dans une interview au Parisien Economie de ce lundi, il fait le point.

«Le Festival international de la publicité à Cannes vient d'ouvrir ses portes. Quel regard portez-vous sur le secteur ?

Le secteur va bien ! Et notamment grâce à deux phénomènes. Depuis une dizaine d'années, dans de nombreux pays émergents, la classe moyenne s'est fortement développée. Pour notre secteur, c'est un vecteur très positif car c'est autant de nouveaux consommateurs. Par exemple, au Brésil, la classe moyenne est passée de 30 à 50?% de la population, soit l'équivalent de 40 millions de consommateurs sur un total de 200 millions de personnes. L'autre phénomène est la digitalisation de l'économie qui a tout bouleversé et créé de nouvelles opportunités de communication pour les marques.

Que pèse aujourd'hui le numérique chez Havas ?

On ne peut plus raisonner en termes de poids. Le numérique est désormais totalement inscrit dans notre ADN. Si à la fin des années 1990 le digital était perçu comme un métier à part, depuis plus de cinq ans, il est totalement intégré dans notre offre. L'an dernier, nous avons ainsi racheté une start-up française dédiée au décryptage du big data, ces milliers de données qui circulent sur Internet, sur les réseaux sociaux. Nous pouvons ainsi les utiliser de façon plus pertinente et proposer à nos clients des offres plus efficaces.

«Aux Etats-Unis, la croissance est revenue et semble solide»

Vous présidez Havas depuis bientôt un an. Quel bilan tirez-vous ?

Un bilan plutôt satisfaisant. Aux Etats-Unis, premier marché pour Havas qui emploie 5 000 personnes localement, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant