Yannick Agnel : « La retraite, c'est galvanisant et effrayant »

le , mis à jour à 09:59
0
Yannick Agnel : « La retraite, c'est galvanisant et effrayant »
Yannick Agnel : « La retraite, c'est galvanisant et effrayant »

C'est par une longue lettre publiée sur Facebook le week-end dernier que le double champion olympique à Londres en 2012 (200 m, 4 x 100 m) a officialisé la nouvelle (attendue) de la fin de sa carrière de nageur, à 24 ans.

 

LA DÉCISION

 

« Elle me trottait dans la tête. Je l'avais laissé entendre depuis Rio et même avant. Il y a des projets que j'avais envie de monter bien avant d'être champion olympique. C'est le moment opportun, et je trouvais cool de pouvoir remercier tous les gens qui m'ont suivi. Je pense aussi à mes proches. Depuis les Jeux, j'en profite pour voir des gens que je ne voyais plus souvent. Je prends le temps. »

 

RIO 2016

 

« Il ne me reste pas grand-chose de ces quatre-cinq derniers mois. J'ai juste beaucoup de tristesse par rapport aux gens que j'ai pu côtoyer pendant des années et qui me sont apparus d'une façon pas forcément positive pendant ces Jeux (NDLR : éliminé en séries du 200 m, il a ensuite été accusé d'avoir trahi ses coéquipiers en déclarant forfait avant le 4 x 200 m). Je voulais y participer pour ne pas avoir de regrets. Maintenant, je suis content de passer à autre chose. »

 

SA CARRIÈRE

 

« J'ai énormément de bons souvenirs, même si j'ai connu des périodes plus compliquées. C'est ce qui fait la vie. La mienne est riche en événements. Tous les ans, j'ai un truc différent à raconter. Je m'estime heureux, à 24 ans, d'avoir traversé tout ça. J'ai fini un projet de vie et j'en commence un autre. J'entame une existence plus normale. L'autre projet que j'aimerais mener à bien, c'est aider les gens qui ont moins de chance que moi, me donner à fond pour aider ceux qui hélas rigolent moins. Ça prendra le temps qu'il faudra. »

 

LA RETRAITE

 

« Se lever après 6 heures du matin, c'est un soulagement par rapport à tout ce qui s'est passé ces derniers mois. C'est galvanisant et en même temps effrayant. Ce n'est pas le vide qui fait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant