Yann M'Vila, dos au mur.

le
0
Yann M'Vila, dos au mur.
Yann M'Vila, dos au mur.

En signant à l'Inter Milan en prêt cet été, Yann M'Vila pensait sûrement renouer avec son meilleur niveau et se rapprocher de l'équipe de France. Cinq mois plus tard, l'ancien Rennais affiche un bilan à mi-parcours peu reluisant, entre un temps de jeu famélique et aucune action d'éclat à son actif.

" Saluto a tutti i tifosi. " Quand il signe à l'Inter Milan fin juillet, pour un prêt d'un an, Yann M'Vila fait les choses proprement : un message en italien à l'attention des supporters sur son compte Twitter, et une petite vidéo en français pour la chaîne officielle de son équipe. Hormis l'impression qu'il donne d'avoir envie d'aller aux toilettes, l'international français réussit son exercice avec des propos sobres, posés et respectueux à l'égard de l'institution qu'il défend désormais. 20 secondes de gloire, les seules de l'année 2014. Car si le Rennais pensait débarquer en Lombardie pour se relancer, pour l'instant, il doit ronger son frein : sept matchs de Serie A dont trois, seulement, en tant que titulaire, six en Ligue Europa, mais aucune passe décisive ni autre coup d'éclat à mettre en avant.
Yann M'Vila, 24 ans, profession : Plan B
Du côté de l'Inter Milan, on ne s'est jamais caché du fait que l'ancien Rennais, prêté par le Rubin Kazan pour un million d'euros et une option d'achat à 9, n'est pas grand-chose de plus qu'un pari. Un pari audacieux pour les Nerazzurri et légèrement foireux pour le Français, car, lorsqu'il débarque, l'entraîneur en place, Walter Mazzarri, a clairement une préférence pour les bûcherons que pour les danseuses étoiles au poste de milieu défensif. Après cinq mois en Italie, M'Vila doit se rendre à l'évidence : il n'est qu'un plan B et il aurait pu s'y attendre. "Cela paraît logique qu'il n'ait pas de garanties dans ce club pour être titulaire, même si, aujourd'hui, l'Inter n'est plus ce qu'elle a été, cela reste compliqué de se faire une place et de jouer chaque week-end dans un club de ce type ", analyse Sabri Lamouchi, qui a évolué une saison en Lombardie (2003-2004).

Après le limogeage de Mazzarri en novembre, Yann M'Vila joue le premier match de l'ère Roberto Mancini II dans la peau d'un titulaire. Une rencontre encourageante dans le jeu, mais que les Milanais perdent 4-2 contre une Roma beaucoup trop forte. La suite ? Un match complet à Qaraba? en Ligue Europa (0-0), 15 minutes lors d'une victoire à Vérone (2-0), puis une absence de la feuille de match contre la Lazio, qui a vu les Milanais remonter un écart de deux buts. Sans M'Vila, donc, pour qui 2015 devrait être un tournant de carrière.





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant