Yann Galut (PS) : «Obliger Airbnb à acquitter un juste impôt en France»

le
1
Yann Galut (PS) : «Obliger Airbnb à acquitter un juste impôt en France»
Yann Galut (PS) : «Obliger Airbnb à acquitter un juste impôt en France»

Spécialiste de la lutte contre la fraude fiscale, Yann Gallut estime que si la loi a jugulé l'évasion fiscale des particuliers, beaucoup reste à faire quant à l'optimisation pratiquée par les multinationales.

Airbnb a payé un peu plus de 69 000 € d'impôts sur les sociétés en France en 2015. Ce chiffre vous surprend-il ?

YANN GALUT. Ce chiffre me paraît complètement hallucinant. C'est une absurdité totale ! Qu'Airbnb, en pleine expansion sur le marché français, paie si peu d'impôts, c'est la preuve qu'il y a un trou dans la raquette. Il est urgent que Bercy mais aussi nous les parlementaires puissions doter l'administration fiscale des outils juridiques pour obliger Airbnb à acquitter un juste impôt en France.

Airbnb explique que sa filiale en France n'assume que des activités secondaires...

Il se peut qu'Airbnb soit dans la légalité d'un strict point de vue juridique. Mais l'entreprise ne peut pas s'abriter derrière cet argument ! L'imposition doit avoir lieu là où la richesse est créée, dans l'Hexagone.

Que proposez-vous ?

D'abord, je souhaite que Bercy examine la situation fiscale d'Airbnb. Ensuite, j'entends faire avancer les choses dans le cadre du débat budgétaire qui aura lieu cet automne. Je proposerai des amendements au projet de loi de Finances 2017 pour qu'Airbnb — comme d'autres sociétés — ne puisse plus contourner la législation française.

Une solution européenne ne serait-elle pas efficace ?

C'est fondamental, en effet. Tous ceux qui luttent contre l'optimisation fiscale savent qu'à moyen terme, la convergence des différents impôts européens sur les sociétés (IS) représente la meilleure solution. Même si pour nous, en France, il faudra converger vers le bas, car nous avons un IS élevé.

L'optimisation fiscale représente donc toujours un danger pour les finances publiques ?

Oui, car tout le travail effectué (avec la Suisse notamment) après l'affaire Cahuzac a été ciblé sur les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bidule97 il y a 5 mois

    "un juste impot"... quand on est député PS du pays champion des prelevements sur les entreprise, cette phrase est une insulte d'ordurier. Ponctionner plus de la moitier des benefices n'a rien d'un juste impot, surtout devant l'innéfefficacité de nos fonctionnaires. Les entreprises de France devraient toutes payer un juste impots... es