Yamina Benguigui et son avocat dénoncent un lynchage médiatique

le
1
Me Dupont-Moretti et sa cliente, l'ancienne ministre Yamina Benguigui.
Me Dupont-Moretti et sa cliente, l'ancienne ministre Yamina Benguigui.

Sihem Souid : Que reproche la justice à votre cliente Yamina Benguigui ? Me Dupond-Moretti : On lui reproche d'une part que certaines de ses déclarations sur son patrimoine (2013-2014) soient incomplètes, et d'autre part le fait qu'elle aurait rempli une déclaration de modification substantielle de patrimoine dans un délai de deux mois, alors que la nouvelle loi donne aux membres du gouvernement un mois pour le faire. On lui reproche donc d'être en retard. Sur le second point, c'est assez simple, Mme Benguigui avait demandé à l'époque à son avocat le délai pour la déclaration, et son avocat de l'époque n'avait pas vu qu'il y avait eu un changement dans la législation qui avait instauré une différence entre les parlementaires, qui eux ont le droit à deux mois, contrairement aux membres du gouvernement. Tout ceci est une erreur de droit, ma cliente n'est pas une juriste, c'est une artiste. Nous avons naturellement cette lettre de son ancien avocat qui lui explique qu'elle a un délai de deux mois. Le parquet n'aurait jamais dû poursuivre sur cette question, car elle a démontré toute sa bonne foi. C'est une inadvertance. Yamina Benguigui a été traitée d'une façon invraisemblable dans son propre camp, d'ailleurs au mépris de la présomption d'innocence. En réalité, elle a été "cahuzakée", c'est-à-dire que sans aucun discernement, on a considéré que tout cela était frauduleux. Je tiens à dire clairement qu'il n'y a...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mucius le jeudi 11 déc 2014 à 16:17

    Oh la pauvre! Comme elle doit souffrir! Ces 2 là prennent le peuple pour une assemblée de demeurés et ils ont raison!