Yahoo!, victime de la "cyberguerre froide" ?

le
0
Yahoo!, victime de la "cyberguerre froide" ?
Yahoo!, victime de la "cyberguerre froide" ?

Le piratage massif des comptes de Yahoo!, qui s'estime attaqué par un Etat, pourrait être un nouvel exemple d'une "cyberguerre froide" menée par des pays comme la Russie ou la Chine, mais rien ne sera jamais prouvé, selon des experts.Impossible en effet d'identifier avec certitude les auteurs de ce piratage inédit de 500 millions de comptes, et si des experts soupçonnent une implication russe, d'autres penchent pour du crime organisé."Les cyberattaques sont toujours difficiles à attribuer et jusqu'à présent aucun Etat n'a jamais revendiqué de telles attaques. Mais dans le cas de Yahoo!, l'ampleur de l'attaque indique qu'elle a nécessité beaucoup de ressources, de moyens techniques et de coordination : cela vient forcément d'un Etat", tranche Julien Nocetti, chercheur à l'IFRI (Institut français de relations internationales)."Dans un contexte de tensions entre la Russie et les Etats-Unis sur la Syrie, on peut formuler l'hypothèse d'une volonté russe de tester les capacités américaines en matière de cyberdéfense", estime-t-il. "Je ne pense pas que Yahoo! ait attribué l'attaque à un Etat sans avoir quelques éléments concrets", juge aussi Shashank Joshi, chercheur au Royal United Services Institute de Londres.Pour M. Nocetti, "ces cyberattaques rappellent la guerre froide, lorsque des bombardiers survolaient des pays en menaçant de lâcher des bombes". "Cela montre qu'on a la capacité de menacer un autre Etat. Les Russes et les Chinois se placent dans un rapport de force, une vision militarisée des relations internationales. C'est une manière pour eux de monter leur puissance", dit-il.Et Yahoo! est une cible de choix."Ce sont des données d'une valeur incroyable, que tout service de renseignement voudrait. Mais certaines cibles, comme Yahoo!, sont si grosses qu'un piratage à grande échelle a une valeur même sans but précis", commente Shashank Joshi. "Yahoo! est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant