Yahoo! supprime 15% de ses effectifs et fait le ménage dans ses activités

le
0
Yahoo! supprime 15% de ses effectifs et fait le ménage dans ses activités
Yahoo! supprime 15% de ses effectifs et fait le ménage dans ses activités

Le groupe internet américain Yahoo! va supprimer 15% de ses effectifs, fermer certaines activités et explorer "des alternatives stratégiques", y compris des cessions d'actifs, dans le cadre d'un plan de restructuration annoncé mardi pour tenter de se relancer.Sur la base des effectifs à fin septembre, les derniers communiqués par le groupe, et en fonction de la prise en compte des seuls salariés à temps plein ou également des contractuels, les coupes représenteraient entre 1.500 et 1.700 postes.Le groupe indique que la majorité seront réalisées au premier trimestre, mais se fixe l'objectif d'arriver d'ici la fin de l'année à 9.000 salariés à temps plein et moins de 1.000 contractuels. Fin septembre, il comptait 10.700 salariés à temps plein et presque 800 contractuels.Globalement, le groupe dit vouloir concentrer ses produits grands publics sur trois grandes plateformes, Yahoo Search, Yahoo Mail et Tumblr, et sur quatre grands thèmes, l'actualité, le sport, la finance et les styles de vie, en mettant la priorité sur des marchés en croissance comme les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne, Hong Kong et Taiwan.Yahoo! dit en particulier avoir l'intention de fermer ses bureaux à Dubai, Mexico, Buenos Aires, Madrid et Milan. Il va arrêter des activités, consolidant notamment certains de ses magazines en ligne et en arrêtant d'autres. Il dit aussi avoir commencé à explorer les possibilités de cessions d'actifs non stratégiques et immobiliers.Toutes ces mesures sont censées permettre de réduire les coûts d'exploitation de plus de 400 millions de dollars d'ici la fin de l'année, d'améliorer la rentabilité et d'enfin relancer la croissance du groupe, en panne depuis des années.C'est un peu l'opération de la dernière chance pour la patronne Marissa Mayer, arrivée aux commandes à l'été 2012 avec la mission de redonner son lustre d'antan à l'ex-fleuron d'internet. Les résultats se font toutefois toujours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant