Yahoo! lance une nouvelle application d'informations personnalisée et "sociale"

le
0
Yahoo! lance une nouvelle application d'informations personnalisée et "sociale"
Yahoo! lance une nouvelle application d'informations personnalisée et "sociale"

Le groupe internet américain Yahoo! a lancé mardi une nouvelle application mobile d'actualités, qui reprend certaines caractéristiques des réseaux sociaux afin de fournir aux utilisateurs des informations personnalisées."Nous voulions donner à l'application une identité distincte parmi (les services) d'informations et en faire un endroit où les gens vont venir pour avoir des conversations autour de l'actualité", a expliqué Simon Khalaf, vice-président de Yahoo!, en présentant la nouvelle application Yahoo Newsroom à l'AFP.Le coeur de l'application est un fil d'informations où on fait défiler des actualités. L'utilisateur peut toutefois signaler des sujets qui l'intéressent en s'abonnant à des rubriques (que Yahoo! appelle des "vibes") correspondant à des thématiques fortes dans l'actualité.Il peut s'agir de sujets généraux, comme la vie politique américaine ou les sciences, mais il est aussi possible de s'abonner aux actualités concernant une personnalité comme le président américain, Barack Obama, ou l'un des deux principaux candidats à l'élection présidentielle, Hillary Clinton et Donald Trump. Cela permet de voir apparaître dans son fil des actualités plus personnalisées et correspondant à ses centres d'intérêt.L'application permet aussi à l'utilisateur de réagir ou de publier un commentaire sur un article repéré sur internet et de l'intégrer à une des rubriques. Les articles très commentés ou suscitant beaucoup de réactions auront tendance à remonter dans les fils d'informations des personnes s'étant abonnées aux "vibes" en question.L'application compte "des centaines de vibes", qui sont générées essentiellement par un algorithme avec un système de contrôle par des éditeurs de Yahoo!, a précisé Simon Khalaf à l'AFP. Mais il n'a pas exclu qu'à terme, les utilisateurs puissent aussi proposer leurs propres thèmes d'actualité."C'est la première fois que nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant