XV de France : Un Michalak de gala

le
1
XV de France : Un Michalak de gala
XV de France : Un Michalak de gala

Nouveau meilleur marqueur français en Coupe du monde, Frédéric Michalak a été le grand artisan de la victoire contre le Canada (41-18). Le demi d'ouverture du RCT a régalé le public, surtout en première période, tout en signant un 100% au pied.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A MILTON KEYNES

On se serait cru revenu douze ans en arrière. Du haut de ses 21 ans, Frédéric Michalak avait enflammé la Coupe du monde 2003 en Australie avant de se noyer, comme le reste de l'équipe de France, sous la pluie de Sydney en demi-finales face à l'Angleterre. Contre le Canada, ce jeudi à Milton Keynes, l'ouvreur du RC Toulon a régalé. Mieux, « Michel », comme le surnomment ses partenaires, est même une nouvelle fois entré dans l'histoire. Contre l'Angleterre, en match de préparation à Saint-Denis le 22 août dernier, Michalak était devenu le meilleur réalisateur de l'histoire du XV de France, améliorant le record détenu depuis 2001 par Christophe Lamaison (380 points). Cette fois, c'est en Coupe du monde (sa troisième après 2003 donc, et 2007) qu'il laissera son empreinte. Avant cette 75eme sélection, il ne lui suffisait que de trois points pour dépasser Thierry Lacroix (124 points) et devenir le meilleur marqueur français (136 points). Et il n'aura fallu que quatre minutes pour que Michalak l'égalise puis ne le dépasse à la 14eme minute.

Tout sauf une surprise bien sûr pour celui que l'on a longtemps vu buter (seul, avec Romain Teulet ou au milieu des enfants), après chaque séance d'entrainement sur la pelouse de la Trinity School de Croydon depuis le début de la compétition. Mais c'est surtout dans le jeu que l'ancien joueur de Toulouse et des Sharks (Afrique du Sud) a parfois été brillant en début de match. Dès la troisième minute, le numéro dix des Bleus, dont la sélection a longtemps été loin d'être une évidence au regard de ses blessures voire de son niveau de jeu en club, a réalisé un numéro exceptionnel conclu par Wesley Fofana. Feinte de passe, raffut et chistera, tout y est passé sur l'essai le plus rapide de la Coupe du monde. Même classe et même grand numéro, mais moins de réussite, à la 25eme minute. Sa feinte de passe et son coup de pied par-dessus la défense canadienne, toujours pour Fofana, n'ont pas suffi cette fois pour aller au bout. Mais le Toulonnais aura au moins régalé le les 28 145 spectateurs du MK Stadium.

100% au pied et virevoltant dans le jeu

« On a perdu le garçon insouciant, qui surfait sur la vague de son talent, soulignait, la veille, Yannick Bru, entraîneur des avants tricolores et son ancien partenaire de Michalak à Toulouse. Aujourd'hui, on a en face de nous un joueur très professionnel, qui a beaucoup été influencé par pas mal de grands joueurs qu’il a côtoyés en France ou en Afrique du Sud. » Même analyse et mêmes compliments chez le capitaine Thierry Dusautoir. « Fred a gagné en maturité, comme nous tous. C’est le chef des lignes arrières. Il dirige tout ce qui se passe derrière. Il a une maîtrise totale de notre jeu. Et il est toujours capable d’improviser et de surprendre nos adversaires. » Et ça s'est vu contre les Canucks. Avec Fofana, Michalak aura été l'un des grands artisans de ce succès loin d'être parfait pour le XV de France, mais agréable à regarder.

Même dans les moments d'absence de ses coéquipiers, le demi d'ouverture aura été précieux à l'image de ce ballon récupéré sur un ruck à la 51eme minute. Celui qui fêtera ses 33 ans le 16 octobre, jour de quart de finale si les Bleus finissent premiers, aura eu le mérite d'éclairer le jeu des Français, essentiellement en première période. Ensuite, lorsque les Canadiens sont revenus à seulement six points, il aura fallu la botte du Toulonnais pour respirer un peu mieux. Une dernière transformation sur l'essai du bonus signé Pascal Papé conclura ce 100% au pied avant de quitter le terrain dans la foulée, remplacé par Rémi Talès. Evidemment, une telle performance (logiquement récompensée par le titre d'homme du match) contre la 18eme nation mondiale est à relativiser. Le vrai test sera le 11 octobre contre l'Irlande à Cardiff. Surtout si la pluie s'en mêle comme en 2003.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • hcadot le vendredi 2 oct 2015 à 10:39

    Pluie ou pas pluie, je rappelle que le Millénium de Cardiff est couvert!