XV de France / T.Dusautoir : " Je ne sais pas d'où ça sort "

le
0
XV de France / T.Dusautoir : " Je ne sais pas d'où ça sort "
XV de France / T.Dusautoir : " Je ne sais pas d'où ça sort "

Devant la presse vendredi à la veille du quart de finale France - Nouvelle-Zélande, le capitaine des Bleus Thierry Dusautoir a démenti les rumeurs de déchirure entre les joueurs du XV de France et le staff technique mené par Philippe Saint-André.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A CARDIFF,

Thierry Dusautoir, un média français évoque une crise entre les joueurs et Phillipe Saint-André. On parle d’autogestion. Qu’en est-il ?
Depuis le début de la Coupe du monde, on est ensemble. C’est une équipe qui travaille. Quand je dis équipe, il y a les joueurs, les entraîneurs, la partie médicale. On est encore ensemble jusqu’à la fin de la compétition. Je ne sais pas d’où ça sort. Il faudrait peut-être demander à la personne qui a écrit cet article de vous en dire un peu plus. Mais franchement, ce genre de choses, ça n’est vraiment pas de mon ressort. On se concentre sur notre match de samedi, en équipe. Et encore une fois, en équipe, ça veut dire avec les membres du staff et les joueurs.

Comment s’est passée la semaine ?
Dans un premier temps, on a cherché à évacuer la déception du match face aux Irlandais. Ensuite, à récupérer un maximum. Ça a été une semaine assez courte, étant donné qu’on a joué dimanche. On s’est vite repositionné vers l’objectif de gagner notre quart de finale. La grande partie de notre semaine a été consacré à évacuer la déception du match face à l’Irlande.

A-t-elle été évacuée ?
Oui, je le pense. Tout le monde est maintenant concentré sur l’objectif. Tout le monde a envie de passer ce quart de finale et d’être là la semaine prochaine. On a des regrets sur notre performance mais aujourd’hui ce n’est plus important. Ce qui l’est, c’est l’Everest que l’on a à gravir. Tout le monde est focalisé là-dessus.

Dans quel état d’esprit est le groupe avant ce match ?
Je sens une équipe qui a besoin de gagner. Chacun peut mettre l’adjectif qu’il veut là-dessus, mais on a surtout l’objectif de continuer à exister dans cette compétition. Lorsqu’on a commencé la Coupe du monde, on avait défini l’objectif d’être champion du monde. A un moment ou un autre il fallait rencontrer des nations du gabarit de la Nouvelle-Zélande. On les rencontre en quarts de finale donc on se prépare à les affronter.

« L’intérêt était vraiment d’évacuer la déception »

Les anciens de ce groupe, comme vous, Nicolas Mas, Fred Michalak ou Pascal Papé, ont-ils eu un rôle important ?
C’est un groupe qui commence à avoir de l’expérience mais on a continué à accompagner l’équipe comme depuis le début. Il y a eu beaucoup de questions cette semaine sur les différents épisodes et les différentes batailles qu’a pu mener le XV de France face à la Nouvelle-Zélande. Donc nous n’avons pas eu besoin de parler plus que ça. C’était une semaine où l’intérêt était vraiment d’évacuer la déception et de récupérer pour se concentrer sur ce nouvel objectif.

Pour certains joueurs c’est surement le dernier tour de piste. Est-ce que ça change quelque chose dans la préparation ?
Ces joueurs dont vous parlez le savent depuis le début que c’est peut-être leurs derniers matchs en équipe de France, donc l’état d’esprit est toujours le même. Il y a le même appétit qu’au début de la compétition. C’est une belle opportunité de pouvoir jouer la Nouvelle-Zélande en match éliminatoire de la Coupe du monde, c’est quelque chose d’assez stimulant pour l’ensemble des joueurs.

Est-ce une semaine où vous vous sentez plus proche de ces joueurs, avec qui vous vous entrainez depuis trois mois ?
Ce sont des moments intenses. On le voit d’ailleurs au rythme de vos questions que c’est une semaine particulière. C’est dû aussi à l’aura de nos futurs adversaires, c’est tout à fait normal. C’est aussi pour vivre ce genre de moment qu’on est là, pour vivre ces phases finales de Coupe du monde qui sont des moments si particuliers.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant