XV de France : sur les traces de Baptiste Serin

le
0
XV de France : sur les traces de Baptiste Serin
XV de France : sur les traces de Baptiste Serin

Au cœur de la forêt des Landes, à vingt minutes de l'océan Atlantique et à une heure de route de Bordeaux, bienvenue à Parentis-en-Born (Landes), fief de Baptiste Serin. L'histoire du demi de mêlée de l'équipe de France a commencé dans cette commune landaise de 5 700 habitants, où le rugby est une véritable religion (le club a été fondé en 1922).

A chaque fois qu'il le peut, le stratège des Bleus, titulaire pour la deuxième fois d'affilée dimanche face à l'Ecosse, fonce retrouver son cocon pour se ressourcer, au milieu de ses proches et de ses amis d'enfance qu'il va voir jouer sur le terrain de ses premiers amours. «C'est vraiment important pour moi de revenir à la maison. Je suis très attaché à mes racines. J'y ai appris à jouer au rugby pendant dix ans, raconte le joueur de l'Union Bordeaux-Bègles. Ce sont mes premiers moments de plaisir. Etre devenu international en ayant débuté ici est une fierté. A Parentis, les gens me connaissent et ils savent que je suis resté celui qu'ils ont connu.»

Fils de Philippe Serin, ancien joueur de l'US Dax, le petit blondinet porte le ballon pour la première fois à l'âge de 5 ans au club local, le Parentis Sport Rugby. «Il était très doué et vraiment en avance pour son âge, raconte Patrick Daudignon, son premier éducateur. Il voulait toujours apprendre, tout en jouant avec beaucoup de liberté. On a vite vu qu'il avait beaucoup de caractère car il détestait la défaite. A l'époque, je pensais qu'il irait loin mais peut-être pas jusqu'en équipe de France. Aujourd'hui, il fait la fierté des éducateurs et de tout le club.»

 

Surnommé Grinch pour grincheux

Au club, à l'école, à la maison Baptiste pense déjà, vit et dort rugby. Grâce à sa vitesse naturelle, ce poids plume se régale au jeu de l'épervier, qui consiste pour les joueurs à courir sur un petit terrain sans se faire attraper. Il ne se faisait jamais intercepter. Jouer mais gagner, toujours et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant