XV de France : Qui seront les cinq recalés ?

le
0
XV de France : Qui seront les cinq recalés ?
XV de France : Qui seront les cinq recalés ?

Philippe Saint-André réduira son groupe de 36 à 31 joueurs, dimanche, pour disputer la Coupe du monde le mois prochain. Chiocci, Goujon et Vahaamahina, non retenus pour le deuxième test contre l'Angleterre, sont en grand danger, tout comme Guitoune à l'aile. À la charnière, un joueur ne sera pas du voyage.

Dans 48 heures, ils ne seront plus que 31. Dimanche matin, au lendemain du deuxième test-match contre l'Angleterre, Philippe Saint-André annoncera à ses joueurs, puis quelques minutes pus tard à la presse, le nom des cinq recalés pour la Coupe du monde (18 septembre - 31octobre). Un moment évidemment attendu. Redouté, aussi par certains. Tous ne sont évidemment pas en danger, pas même Thierry Dusautoir, le capitaine, pourtant forfait pour les deux premières rencontres amicales de cet été. Mais au vu de l'annonce du XV de départ, jeudi, plusieurs éléments ont véritablement des raisons d'être inquiets. Trois, surtout. Xavier Chiocci, Loann Goujon et Sébastien Vahaamahina ont en effet le profil idéal des recalés. Remplaçants la semaine dernière, ils n'avaient pas été étincelants lors de leur rentrée sur la pelouse de Twickenham. Le pilier gauche de Toulon, le troisième ligne de la Rochelle et le deuxième ligne de Clermont ne seront même pas sur la feuille de match ce samedi. Comme six autres joueurs de ce groupe de 36, aucun de ces trois prétendants n'aura eu la chance d'être titularisé au moins une fois cet été. Leur cas interpelle évidemment. Et lorsque l'on a demandé, jeudi, à PSA si leur sort était déjà scellé, le sélectionneur ne s'est pas montré particulièrement rassurant. « Sincèrement, on prépare un match, samedi, contre les Anglais. Vous anticipez sur une liste annoncée dimanche à midi ».

Pour Chiocci (4 sélections), sa bonne préparation estivale, notamment à Tignes, ne devrait pas suffire. Préféré à son partenaire de club Alexandre Menini dans ce groupe des 36, le Toulonnais devrait a priori être le seul pilier à ne pas être du voyage le mois prochain. Il faut dire que le Clermontois Vincent Debaty a marqué des points la semaine dernière, à Twickenham, alors que le Racingman Eddy Ben Arous, titulaire ce week-end, conserve également un temps d'avance. À droite, le staff ne pourra se passer de Rabah Slimani, désormais incontournable, et de l'expérience de Nicolas Mas. Enfin, le solide Uini Atonio semble être le parfait impact player aux yeux de Philippe Saint-André et Yannick Bru. En deuxième ligne, Vahaamahina n'est clairement pas le choix numéro 1. L'ancien Perpignanais, avec qui le staff n'a pas toujours été tendre ces dernières saisons, est en retard sur Yoann Maestri, Alexandre Flanquart et Pascal Papé, voire sur Bernard Le Roux, troisième ligne capable de monter d'un cran. Enfin, Loann Goujon (6 sélections, toutes en 2015) devrait être celui de trop au sein d'une troisième ligne dense.

La charnière, un casse-tête pour Saint-André

Trente six moins trois avants, reste à éliminer deux places derrière. Saint-André devrait, sauf surprise, trancher entre Gaël Fickou et Sofiane Guitoune. Le premier, centre au Stade Toulousain, a été utilisé sans convaincre à l'aile lorsqu'il est entré à Twickenham. Le second, passé totalement au travers avec quatre plaquages ratés et une montée défensive sur le troisième essai anglais, pourrait faire les frais de sa prestation ratée. Comme Brice Dulin, qui ne sera pourtant pas en danger en tant que doublure de Scott Spedding à l'arrière, l'ailier de l'UBB a nettement déçu dans l'esprit du sélectionneur. Fickou ou Guitoune ? La polyvalence du premier ou un vrai ailier de métier comme le second ? Fickou, remplaçant samedi contrairement à son concurrent, aura au moins l'avantage de peut-être entrer en jeu et de marquer des points. Ou d'en perdre encore plus…

La dernière interrogation - et pas des moindres - concerne la charnière. Trois ouvreurs (Michalak, Talès et Trinh-Duc) et trois demis de mêlée (Parra, Kockott et Tillous-Borde) figurent dans ce groupe de 36. Soit un de trop. La semaine dernière, le duo Parra - Trinh-Duc a été associé à Londres avant d'être remplacé à l'heure de jeu par Kockott et Talès. Samedi, les Toulonnais Tillous-Borde et Michalak formeront la 17ème charnière de l'ère PSA. Avec évidemment l'ambition de briller. Grâce à leur talent de buteur et leur polyvalence, Parra et Michalak devraient tous les deux être retenus. Trinh-Duc semble revenir à son meilleur niveau après avoir été longtemps écarté des terrains et du XV de France. Tillous-Borde, lui, a plutôt marqué des points lors du dernier Tournoi des VI Nations mais une blessure à un genou a en partie gêné sa préparation estivale. Reste donc Tales et Kockott. Le premier a le profil idéal du remplaçant apprécié par Lagisquet et Saint-André. Kockott, auteur d'une bonne rentrée à Twickenham, a l'avantage de buter et d'apporter son caractère de match winner. Tous deux remplaçants, samedi, joueront peut-être très gros au Stade de France.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant